06
Jan

Principes de la dégustation du vin : l’analyse visuelle

Note préalable : Toute l’équipe du Château Grand Français vous souhaite du fond du cœur une bonne et heureuse année 2014 !

Dans notre article précédent, nous nous étions attelés à vous introduire les grands mécanismes inhérents aux principes de dégustation du vin. Après un premier chapitre dédié à quelques exercices de base à effectuer à la maison, nous allons aujourd’hui entrer à pieds joints dans le vif du sujet, en abordant ce qui constitue le premier contact du dégustateur avec le vin : la vue.

Avez-vous déjà dégusté un vin les yeux bandés ?

A la vue d’un verre de vin, la première impression que nous nous en faisons prédispose au jugement, bien avant de l’avoir goûté. En effet, même si elle semble être une étape de moindre importance par rapport aux examens olfactif et gustatif, l’analyse visuelle n’en est pas moins riche en enseignements : l’âge du vin, sa concentration, sa finesse ou encore son état de conservation sont des éléments décelables (avec un peu d’entraînement) à l’œil nu. Il suffit simplement de goûter un vin « à l’aveugle » pour se rendre compte de l’importance de la vue dans la dégustation d’un vin.

 

Quels types de renseignements sur la qualité d’un vin peut-on obtenir à sa simple vue ?

La limpidité

On note la limpidité d’un vin en observant le verre à la lumière de manière latérale, afin d’y mettre en évidence ses particules (perles de gaz, filaments, flocons, etc.). Celle-ci se caractérise par un vocabulaire adapté : opaque, trouble, voilé, flou, laiteux, opalescent, trouble, limpide, bourbeux, etc. Chacun de ces termes renvoie à plusieurs caractéristiques qui renseigneront sur la qualité du vin, par exemple un vin trouble ne sera jamais très bon, il paraît plutôt rustique et rugueux, alors qu’un vin dit bourbeux sera celui fraîchement décuvé.

La brillance

La brillance n’est rien d’autre que l’éclat du vin, c’est-à-dire sa faculté à renvoyer la lumière. Celle-ci s’observe en regardant le disque (la fine couche qui est la surface du vin en contact avec l’air dans un verre) à la lumière naturelle et sur fond blanc.
Chaque vin possède une brillance qui lui est propre, se déclinant de mat à chatoyant sur une échelle de valeurs qui passe par terne, lumineux, net, éclatant, étincelant, etc.
Un vin mat présentera des particules et sera altéré tandis qu’un vin brillant sera de bonne qualité.

La couleur

Appelée également « Robe », la couleur permet certes d’identifier le type de vin , mais également son niveau de maturation. Celle-ci s’apprécie à partir de deux facteurs distincts : l’intensité et la teinte.

  • L’intensité colorante d’un vin est due à sa richesse en pigments colorants et dépend également de l’épaisseur du vin. Ses teintes se déclinent d’incolore à intense, en passant par pâle, clair, élevé, foncé, soutenu, profond, dense. En fonction du type de vin auquel on a affaire, on ne s’attend pas à la même intensité colorante (par exemple un beaujolais sera plus clair qu’un vin de garde).
  • La teinte s’apprécie à deux niveaux : la teinte principale et celle des reflets (qui s’observe sur les bords du disques ou lorsque le vin coule de la bouteille). Le vocabulaire emprunté pour définir la teinte d’un vin se définit par analogie avec  des fleurs (rose, pivoine), des fruits (groseille, cerise), ou encore des pierres précieuses (rubis, grenat).

Pour un vin rouge, la nuance de la robe varie de violacé (vin très jeune, type gamay primeur ou beaujolais nouveau) à rouge-brun (grands vins de garde). Une robe trop claire ou trop foncée peut renseigner sur l’histoire du raisin, le processus de vinification et de l’avenir du vin.

 

La viscosité

Celle-ci se manifeste lorsque l’on fait tourner le vin dans le verre. On apprécie alors des « larmes », le « gras du vin » ou, en d’autres termes, sa viscosité. Une croyance voudrait qu’une grande viscosité est synonyme de vin de qualité, mais ce n’est pas toujours vrai. C’est surtout la teneur en alcool qui tend à modifier la tension superficielle du liquide, ce qui forme des gouttes de vin sur le verre, formant ces « larmes » caractéristiques. Des larmes abondantes qui coulent lentement son un signe de richesse alcoolique.

 

Dans notre prochain article, nous vous parlerons de la prochaine étape : l’examen olfactif.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. S’il-vous-plaît, consommez avec modération.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *