16
Jan

Connaissez vous l’importance du bouchon en liège pour obtenir un grand vin ?

Vous avez certainement déjà remarqué que, selon les bouteilles que vous ouvrez, le bouchon peut être en liège ou en synthétique. Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir pourquoi ? Car la différence entre ces deux bouchons existe bien et le liège a un rôle important à jouer sur le vieillissement du vin.

 

Un peu d’histoire…

L’utilisation du bouchon de liège remonte à plus de 5 siècles av. J.-C.. À l’époque, le vin était conservé dans des amphores, elles-mêmes bouchées par un bouchon de liège. Ce système a ensuite disparu au profit des tonneaux, pour revenir en force vers le 18e siècle, lorsque la production en bouteille s’est démocratisée. Au début, toutes les bouteilles possédaient un bouchon conique et pouvaient donc être ouvertes à la main, comme le Champagne actuellement. Puis la forme cylindrique est devenue la forme, s’enfonçant bien mieux et surtout complètement dans le goulot. Il a alors fallu inventer le tire-bouchon !

 

L’intérêt du bouchon de liège pour le vieillissement

Même si le rôle premier du bouchon est d’éviter que le vin s’échappe, le bouchon fait de liège a bien d’autres cordes à son arc. Il a su notamment se rendre indispensable pour les vins de garde. En effet, comme nous l’avons déjà évoqué précédemment, pour qu’un grand cru développe son bouquet, il doit être en présence d’oxygène. Ce n’est pas pour rien qu’un vin doit s’aérer plusieurs minutes, voire heures, avant d’être servi.

Le liège, par sa grande élasticité, est parfaitement étanche au liquide, mais perméable à l’air. Ainsi, lorsque vous conservez une bouteille dans votre cave, le bouchon génère un échange gazeux qui aide les saveurs à se développer.

 

Conserver sa bouteille couchée

Toutes les caves vous invitent à coucher vos bouteilles pour les conserver. Ce n’est pas pour rien ! En effet, cette position permet d’immerger l’extrémité du bouchon. Celui-ci, constamment imbibé, ne se rétracte pas et donc, ne laisse pas passer davantage d’air. Cela favorise des échanges lents entre l’air et le vin. Cette oxygénation en douceur permet aux tanins de fondre, à l’acidité de diminuer et aux arômes d’évoluer. Lorsque vous ouvrez enfin votre bouteille pour la déguster, votre vin de garde est juste parfait !

Par contre, si vous n’avez pas de cave et que vous avez pris l’habitude de conserver vos vins debout, alors sachez que vous accélérez le processus de vieillissement. Le bouchon, non immergé, laisse passer davantage d’oxygène et l’oxydation du vin arrive plus rapidement. La durée de vie du cru est donc raccourcie, ce qui peut-être une astuce si vous avez acheté un vin de garde que vous êtes pressé de déguster.

 

Le bouchon de liège, un élément antifraude

Certains grands domaines personnalisent leurs bouchons de liège en y incorporant le nom du cru et l’année de mise en bouteille. C’est un excellent moyen de vérifier que le vin est bien celui acheté, en le comparant avec son étiquette.

 

L’apparition du bouchon synthétique

Vu toutes les qualités du bouchon en liège, vous êtes en droit de vous demander ce que peut bien apporter le bouchon synthétique. Ce dernier a vu le jour sous l’impulsion d’un besoin de baisse des coûts. En effet, celui-ci est bien moins cher à produire et en plus, il diminue les risques de vin au goût « bouchonné ». Nous avons souvent tendance à croire que le bouchon synthétique est utilisé sur les vins de faible qualité, or ce n’est pas tout à fait vrai. Il est surtout utilisé sur les vins jeunes, devant être consommé rapidement. Et un vin qui ne se conserve pas n’est pas forcément de mauvaise qualité.

 

Par contre, il est vrai que vous ne verrez jamais ce type de bouchon sur des grands crus classés de Bordeaux, qui sont des vins de garde et dont la maturation dépend fortement du bouchon en liège.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *