10
Fév

Les multiples facettes du vin bio

Organique, bio naturel, issu du développement durable… Une sorte de « brouillard sémantique » entoure les vins issus de la viticulture biologique, rendant très souvent le consommateur perplexe face à ces terminologies. Dans cet article, nous voulons quelque peu recentrer le sujet et expliquer comment nous vivons le bio chez Grand Français.

Le bio, un segment porteur

Les produits alimentaires issus de l’agriculture biologique connaissent un regain d’intérêt depuis déjà quelques années, jusqu’à devenir aujourd’hui un marché très juteux dans lequel (presque) tout le monde souhaite s’engouffrer. Des enseignes de magasins estampées «bio » fleurissent un peu partout et proposent des produits naturels, éthiques et respectueux de l’environnement à des prix parfois exorbitants… Et ça fonctionne, preuve que le consommateur est demandeur de produits bons pour sa santé et pour l’environnement. C’est ce que nous nous efforçons de leur offrir chez Grand Français.

Le vin bio, c’est aussi le souci du partage avec sa communauté

Dans notre article de la semaine dernière, nous avons expliqué les raisons pour lesquelles nous nous sommes naturellement engagés à produire du vin issu de l’agriculture biologique. Mais, en plus de ces composantes environnementales et économiques, le bio c’est aussi un certain sens de partage avec sa communauté. Par exemple, à notre petite échelle chez Grand Français, nous ne manquons jamais une occasion d’offrir un petit quelque chose à nos voisins, que ce soient les bois de nos vignes qui seront utilisés lors de grillades ou nos tonneaux de fûts de chêne déjà utilisés qui seront offerts en guise de décoration.

 

Sarments - Grand français

Malheureusement, avec toute la pluie qu’il est tombé dernièrement, nos sarments ont un peu de mal à brûler !

Et le vin naturel dans tout ca ?

L’appellation « vin naturel » est légèrement différente de celle des vins biologiques. Elle caractérise des vins dont l’intervention de l’homme a été réduite au strict minimum durant le processus de vinification. Non seulement la matière première (c’est-à-dire le raisin) a été élevée dans le respect des techniques d’agriculture biologique, mais s’ajoute en plus à cela une dimension philosophique : on cherche avant tout à respecter la composition chimique naturelle du vin et à ne pas l’altérer. Comme le dit Dominique Vacher, propriétaire du Château Grand Français :

Qualitativement très complexe, un vin est constitué de millions de molécules différentes et de sa flore naturelle : il vit. Et c’est précisément parce qu’il y a de la vie que j’ai éliminé toute molécule chimique de produits phytosanitaires en optant pour une agriculture biologique.

C’est cet esprit « Less is more » qui caractérise le mieux cette notion de vin naturel. Nous tentons de le respecter dans chacune de nos actions :

  • L’épamprage et les vendanges sont effectuées exclusivement à la main ;
  • Les travaux du sol sont faits mécaniquement ;
  • Aucun désherbant chimique n’est utilisé.

Malheureusement, il n’existe pas encore à l’heure actuelle de législation ou de consensus autour de cette appellation, ce qui fait que n’importe qui peut aujourd’hui déclarer que son vin est « naturel »  sans aucune contestation d’une instance supérieure. Mais vous pouvez nous croire sur parole : en achetant du vin Grand Français, vous vous assurez de déguster un vin ayant subi un minimum d’intervention humaine, afin d’en préserver le caractère naturel…

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *