29
Août

Les larmes de vin : formation et signification

Lorsque vous faites tourner un vin dans votre verre, afin d’en laisser échapper toutes les saveurs, il se peut que des petites gouttes en forme de larmes restent collées à la paroi. Ces larmes de vin ont leur importance et nous donnent des indications supplémentaires sur le cru. Voyons comment ces dépôts se forment et l’interprétation que nous pouvons leur donner.

Les différentes appellations des larmes de vin

Ces gouttes qui se forment sur les parois internes du verre à vin sont généralement connues sous le nom de « larmes de vin », mais peuvent aussi être appelées « pleurs« , « cuisses« , « arcades » ou encore « arceaux« . Selon leur forme et leur adhérence, ces larmes peuvent être considérées comme fluides, grasses, épaisses, coulantes, visqueuses ou encore glycérinées.

 

La formation des larmes de vin

Les larmes de vin font partie intégrante du processus de dégustation d’un cru. Leur forme et leur densité donnent quelques informations précieuses sur le millésime servi. Beaucoup disent que ces pleurs reflètent l’âme du vin.

Les larmes de vins dénoteraient ainsi d’une bonne teneur du vin en alcool et en glycérol. Si cela est vrai concernant l’alcool, s’agissant du glycérol, cette affirmation est à prendre avec des pincettes. Le même phénomène peut en effet se présenter pour des mélanges ne contenant pas du tout de glycérol.

La qualité du vin n’a donc rien à voir avec ses larmes ! Celles-ci sont en réalité le résultat de l’évaporation différenciée de l’eau et de l’alcool contenus dans le vin. En effet, l’alcool s’évapore en premier et, dans la mesure où il est moins dense que l’eau, cela conduit à la formation des larmes de vin. Ce phénomène est qualifié d’effet Marangoni.

Il faut donc retenir qu’un vin qui s’écoule lentement et dont les larmes sont nombreuses est tout simplement un vin riche en alcool.

 

Les facteurs qui conduisent à la formation des larmes de vin

Plusieurs éléments influent sur l’apparition et l’aspect de ces gouttelettes, mais intéressons-nous d’abord à la température. Plus elle est élevée, plus l’apparition des larmes de vin est importante, car l’évaporation est amplement favorisée.

Le taux de sucre naturel est aussi un facteur qui agit aussi sur ces petits dépôts. En effet, dans la mesure où le sucre donne plus de densité au vin, pour ceux qui en contiennent beaucoup, il est logique que les larmes qui se forment soient plus lourdes et plus lentes. C’est le soleil qui favorise la maturité du raisin et sa teneur en sucre. Par conséquent, les vins issus de régions fortement ensoleillées présentent plus de larmes que les autres.

Enfin, le verre de vin joue également un rôle dans la formation de ces jolies gouttelettes. Il faut par exemple tenir compte de sa propreté ou de sa rugosité.

 

Les larmes de vins sont essentiellement la conséquence de l’évaporation plus rapide de l’alcool par rapport à l’eau, mais divers éléments peuvent influer sur leur apparition, comme le sucre et la température. C’est en connaissant ces facteurs que vous pourrez donner une interprétation à ces gouttelettes. Cependant, contrairement à certaines croyances, les larmes de vin ne permettent jamais d’indiquer la qualité du cru.

Comments ( 1 )

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *