18
Mai

Les étapes de conversion à la viticulture biologique

La conversion à la viticulture biologique est un moment important dans la vie d’un domaine. Cela n’est pas évident de changer radicalement son mode d’agriculture, la phase de réflexion et de transition sont plus ou moins fastidieuses. Néanmoins, ces efforts sont nécessaires pour exprimer au mieux le terroir et l’authenticité de nos vins, ainsi que montrer davantage de respect à la terre et à la nature.

Pour être certifié en agriculture biologique, le domaine se doit de respecter le cahier des charges du règlement européen CE 2092/911, qui édite les règles de la culture du vin, mais aussi de la vinification. Nous avions abordé cet aspect en détail dans l’article « Vin biologique : Savez-vous comment s’obtient cette appellation ? ».

Ce sont ensuite des organismes certificateurs comme Ecocert ou Qualité France qui s’occupent de vérifier que toutes les règles sont bien respectées.

 

La phase de réflexion

Avant d’entamer une telle conversion, il convient de bien réfléchir sur l’implication de cette démarche, pour être certain d’anticiper toutes les étapes. Il faut savoir que durant cette période, tout le processus de culture de la vigne doit être revu, pour ne plus faire entrer de produits chimiques. Il en va de même pour la vinification.

À cet effet, vous devez apprendre à utiliser des produits entièrement naturels qui auront la même action que les procédés de synthèse. En général, des formations sont proposées par la Chambre d’Agriculture de sa région et vous pouvez faire appel à des conseillers pour vous aiguiller sur les changements à aborder.

 

Les changements et la demande de certification

Après avoir reçu toutes les informations nécessaires pour la conversion, vous devez donc peu à peu changer vos habitudes sur le domaine. Cela peut prendre plusieurs mois, le temps d’embaucher le personnel nécessaire et de s’équiper.

En parallèle des modifications sur le vignoble, vous devez faire la demande de certification auprès d’un organisme. Généralement, il est mieux de tous les contacter, pour avoir plusieurs devis personnalisés et choisir celui qui vous convient.

C’est aussi le moment où il est possible de déposer un dossier pour obtenir des aides pour l’investissement nécessaire à la conversion à la viticulture biologique.

Lorsque le devis est signé avec un organisme certificateur, il est nécessaire de notifier l’Agence Bio que votre domaine entre en conversion.

 

Les contrôles et visites régulières

Lorsque toutes les démarches administratives sont officiellement terminées, l’organisme sélectionné va venir sur le site pour vérifier que les pratiques mises en œuvre sur le vignoble sont en conformité avec le cahier des charges européens. La première visite sert simplement d’évaluation préalable. Parfois, les contrôleurs prennent des échantillons du sol, pour ensuite comparer les évolutions et vérifier que les efforts fournis par le vignoble concernant la conversion portent leurs fruits.

À chaque fin de visite, un rapport est remis au vigneron dans lequel le contrôleur note les efforts à poursuivre ou les écarts constatés avec le cahier des charges.

Quand le domaine est parfaitement en adéquation avec les règles de l’agriculture biologique, un rapport d’évaluation est transmis à un Chargé de Certification. C’est lui qui délivre le certificat qui permet au domaine d’apposer la mention « AB » sur ses bouteilles de vin.

 

Les audits de surveillance

Un domaine n’obtient pas la certification en agriculture biologique à vie. Il est soumis à des contrôles et audits réguliers, pour vérifier qu’il continue à respecter les normes de ce mode de culture. Si un aspect fait défaut, le vigneron est notifié et dispose alors d’un temps limité pour se mettre aux normes. S’il ne respecte pas les exigences, il peut perdre son label.

 

La phase de conversion d’un vignoble peut durer 3 ans. C’est le temps moyen nécessaire pour adapter sa culture de la vigne et ses méthodes de vinification. Une longue période indispensable pour donner à ses vins l’authenticité du terroir et exprimer son amour de la nature. Au final, même si cette conversion peut s’avérer fastidieuse, elle est essentielle dans la préservation de notre terre, mais aussi pour la santé des consommateurs. Sans aucun ajout de produits de synthèse, nos cuvées n’en sont que meilleures pour votre santé, et vos papilles !

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *