L’actualité du vin de bordeaux biologique

09
Août

La vente de vin se démocratise sur Internet

Selon les derniers résultats du Baromètre SOWINE/SSI 2015, il apparaît que 30% des Français ont déjà acheté du vin sur Internet. Grâce à la diversité des offres, le commerce viticole en ligne se développe de plus en plus. Cette démocratisation s’explique, entre autres, par l’augmentation des modèles économiques de vente de vin en ligne et par l’avènement des appareils mobiles.

 

Les raisons du succès de l’e-commerce viticole

Internet ne constitue pas le canal le plus utilisé par les Français pour l’achat de vin. Cependant la tendance tend à s’inverser. Grâce à la contribution de l’Internet mobile, de plus en plus de personnes tentent l’expérience du e-commerce viticole.

Les sites marchands sont également de plus en plus présents et proposent une large part de contenus informatifs et conviviaux, pour répondre aux préoccupations des consommateurs. En effet, ces derniers préfèrent se renseigner avant d’accomplir l’acte d’achat en ligne, par manque de connaissances œnologiques.

Par conséquent, l’influence des blogs dédiés à l’e-commerce viticole est avérée. En effet, 27 % des internautes se sont laissé séduire par les recommandations d’un blog.

Les paiements sécurisés, les prescriptions des réseaux sociaux et les promotions faites autour du vin ont également joué une part importante dans l’essor de la vente de vin en ligne.

 

Les différents supports de vente sur Internet

Les sites de producteurs de vins constituent le premier canal d’achat de vin en ligne. Quant aux sites des surfaces alimentaires, ils sont également très présents  sur ce segment de marché. Ils bénéficient du prolongement de la relation client établie dans leurs magasins physiques.

À noter que les sites de vente de vin par abonnement (via un système de box mensuelle), qui répondent à la volonté des internautes de se laisser étonner, se développent de plus en plus.

La recommandation joue également un rôle essentiel. Les internautes, avant de s’engager dans un achat, ressentent le besoin d’être informés. Internet qui fourmille de forums, de blogs, de réseaux sociaux, procure à ces derniers les informations qui permettent de déclencher l’acte d’achat.

 

La notion de « plaisir » toujours présente lors d’un achat en ligne

Contrairement aux idées reçues, la livraison de vin à domicile ne fait aucunement disparaître le plaisir lié à l’acte d’achat. Peu de Français disposent d’une cave pour conserver de manière optimale leurs bouteilles. L’achat virtuel leur permet donc de s’offrir un petit plaisir qu’ils renouvellent régulièrement. D’ailleurs, ce sont les habitants de zones urbaines qui commandent le plus de vin en ligne.

Enfin, parmi les motivations des cyberconsommateurs de vin, nous retrouvons un attachement important au prix. Ils sont conscients qu’une livraison à domicile est onéreuse, donc ils n’hésitent plus à commander des volumes de vin conséquents pour pallier à ce surcoût.

 

Quelles sont les voies d’amélioration ?

Pour générer des ventes additionnelles, les vignerons se doivent de développer un site Internet à la pointe des tendances. Cela permettra la création d’une valeur ajoutée à leur commerce.

Ils doivent garder en tête que la vente par Internet est une extension de la vente en magasin ou sur le domaine. Une donnée très importante à retenir concernant les 30 % de Français qui ont effectué un achat de vin en ligne : seuls 6 % d’entre eux sont des acheteurs en ligne réguliers.

 

D’après les prévisions, l’essor de la vente de vin en ligne devrait se poursuivre, voire s’accentuer les prochaines années. Et vous, que pensez-vous de commander vos bouteilles en ligne ? Si vous êtes adepte du shopping par Internet, sachez que vous pouvez vous faire livrer nos vins bio directement à domicile !

 

02
Août

Dégustation : comment étudier la robe d’un vin ?

Déguster un vin ne signifie pas uniquement boire le nectar. La dégustation passe par la vue, l’odorat et le goût. Pour un œnophile, un verre de vin constitue un véritable témoignage qui met en avant une technique et rappelle un terroir. Sans le goûter, il est capable de deviner sa région, voire son caractère.

Le premier contact avec le vin passe irrémédiablement par la vue et par l’analyse de ce qui s’appelle « la robe ». C’est-à-dire la couleur du vin, sa limpidité, sa brillance et son intensité. Celle-ci vous donne des indications sur l’âge du vin, sa méthode de vinification et son degré d’alcool.

 

La limpidité du vin

La technique pour analyser la limpidité est très simple. Elle consiste à observer de manière latérale un verre de vin. Cette pratique impose d’utiliser soit un fond blanc, tel qu’une nappe blanche ou une feuille de papier, soit une source lumineuse placée derrière le vin.

Le vin doit être clair et légèrement transparent. Lorsqu’un vin vous semble trouble, cela peut signifier qu’il existe un défaut ou que celui-ci n’est pas filtré. Dans le premier cas, vous ne pouvez rien faire dans la mesure où le vin est défectueux. Par contre dans le second cas, sur la contre-étiquette de la bouteille, il doit être mentionné que le vin est légèrement trouble, qu’il est de qualité supérieure et qu’il est parfaitement consommable.

 

La couleur du vin

Pour apprécier la couleur d’un vin, vous devez analyser son intensité, qui provient de pigments colorants, sa teinte globale ainsi que la couleur de sa frange. La frange désigne la zone où le vin est en contact avec le verre. Pour cela vous devez incliner le verre. N’oubliez pas de le remplir seulement à moitié, sinon vous risquez de le renverser !

Placée devant un fond blanc, essayez d’apercevoir la robe du vin et de déterminer si elle est sombre ou pâle. Pourquoi ce geste ? Parce que la couleur de la frange permet de connaître l’évolution du vin. Or, les composantes des couleurs sont plus visibles dans la frange.

Un vin rouge datant de plusieurs années dispose d’une frange orangée, voire même grenat. A contrario, un vin rouge jeune aura une frange de couleur pourpre.

Il est essentiel de bien comprendre que la robe du vin évolue au fil des années. Par conséquent, il est possible de déterminer l’âge d’un vin grâce à sa couleur. Néanmoins, il s’agit d’une estimation et non d’un calcul scientifique précis.

 

La brillance du vin

La brillance du vin fait référence à son éclat ainsi qu’à sa capacité à réfléchir la lumière.

Il vous suffit d’observer la surface du vin dans le verre. Pour que cette méthode soit efficace, vous devez poser le verre sur une surface blanche ou de couleur claire (et unie si possible). Plus le nectar réfléchit la lumière, plus il y a de chance qu’il soit d’excellente qualité.

 

Il n’y a pas que vos papilles qui doivent s’entraîner à la dégustation, votre œil aussi ! Avant de goûter le vin, pensez à le contempler pour analyser les critères de limpidité, brillance et couleur, afin de vous faire votre premier avis.

 

26
Juil

Grand Français : de nouveau primé au concours « Un vin presque parfait » !

Rappelez-vous, en 2015, la cuvée traditionnelle 2009 et la cuvée Héritage 2011 avaient reçu une belle médaille au concours « Un vin presque parfait ».

Cette année, nous réitérons cet exploit avec notre Château Grand Français (cuvée élevée en fût de chêne), millésime 2010.

Retour sur cet événement…

 

Une dégustation dans un environnement rêvé

C’est au cœur du prestigieux hôtel « Les Maritonnes », situé dans la commune viticole de Romanèche-Thorins, que la 4e édition d’Un Vin Presque Parfait s’est déroulée. Au milieu des vignes et des paysages verdoyants, le jury de professionnels et d’amateurs a dégusté à l’aveugle des centaines de vins.

C’est dans une ambiance conviviale que cette analyse des cuvées présentées s’est effectuée en 3 temps. Tout d’abord, une première note est attribuée, par les sommeliers, d’après les qualités organoleptiques du vin. C’est évidemment ce critère qui dispose du coefficient le plus élevé.

Ensuite, les consommateurs ont pour rôle de juger et noter les étiquettes de chaque bouteille.

Enfin, professionnels et débutants attribuent une notation pour le rapport qualité/prix du vin.

Et voilà comment la note finale est obtenue !

 

Un jury éclectique

Comme l’année dernière, c’est Fabrice Sommier, Meilleur Ouvrier de France Sommellerie 2007, qui préside le jury. Sous son regard bienveillant, des consommateurs, mais aussi des sommeliers préparant le concours du Meilleur Ouvrier de France Sommellerie, ont eu la sympathique mission de sélectionner les meilleurs vins.

Ces derniers, dont nous faisons partie, ont reçu un diplôme, ainsi qu’un macaron à apposer sur leurs bouteilles.

diplome vin presque parfait 2016

Mais ce n’est pas tout, tous les vins sélectionnés seront mis à l’honneur dans le guide édité chaque année par le concours, qui sortira à la rentrée dans toutes les bonnes librairies.

Les gagnants disposent aussi d’une fiche sur le site. Vous pouvez consulter celle de notre Château Grand Français cuvée 2010 par ici. Un commentaire des sommeliers sera bientôt mis en ligne pour connaître leur avis complet sur notre millésime élevé en fût de chêne.

En attendant, vous pouvez toujours poster votre propre avis !

 

 

19
Juil

Grand Français accueille des touristes ukrainiens

Pour fêter le mois de juillet, c’est avec plaisir que nous avons reçu des touristes ukrainiens. Assoiffé de connaissance et de découverte de vins de Bordeaux, ce groupe, constitué de professionnels de la santé, a eu l’occasion de découvrir notre propriété, ainsi que nos méthodes de vinification.

Retour sur cette soirée riche en convivialité !

Une visite de la propriété…

Groupe_touristes_ukrainiens

C’est Alexandre Vacher, fils de Dominique Vacher, qui s’est vu confier le rôle d’accompagnateur. En fin d’après-midi, c’est avec le sourire qu’il accueille le groupe de touristes ukrainiens, avant de le conduire au cœur de la propriété viticole.

À cette occasion, Alexandre leur a présenté la propriété ainsi que l’histoire familiale qui entoure le château Grand Français. Il les a ainsi gratifiés d’un retour dans le passé en remontant jusqu’à ces ancêtres qui vécurent au 15e siècle.

… suivie d’une visite des chais

Après ce voyage historique, les touristes ukrainiens sont entrés dans le chai, terrain de prédilection de Guy Alloncle. Notre maître de chai s’est fait un plaisir de leur expliquer les aspects techniques de la vinification, mais aussi de la conduite d’un vignoble en agriculture biologique. Il n’a pas oublié de mentionner que Grand Français cultive sa vigne selon les principes biologiques depuis 1999 !

Cuve_inox_grand_francais

Après leur avoir montré les cuves inox, ce passionné leur a fait découvrir les chais à barriques en leur expliquant les principes « d’épanouissement ». Pour clore cette immersion dans notre cave, les professionnels de la santé ukrainiens ont pu approcher notre propre système d’étiquetage, nos stocks récents, ainsi que les vieux millésimes qui constituent le patrimoine du château.

Pour terminer par une dégustation


Nous ne pouvions pas laisser repartir nos hôtes sans leur avoir fait découvrir nos cuvées. Nous avons donc passé la main à notre responsable commerciale, Cynthia Guillemot. Elle connaît parfaitement nos différentes bouteilles, ce qui lui a permis d’offrir un atelier dégustation de qualité aux visiteurs ukrainiens. Ils ont eu la chance de savourer le millésime Héritage 2009 et, en exclusivité, notre Cuvée Prestige Grand Français 2010.

Toutes les cuvées ont été fortement appréciées. D’ailleurs, nos touristes d’un jour ne sont pas repartis les mains vides : ils ont ramené quelques beaux souvenirs du château…

12
Juil

Vin bio : 5 erreurs à ne pas commettre lors de la dégustation

Déguster un vin rouge avec ses amis est toujours un réel plaisir ! Cependant, cette tradition implique le respect de quelques règles d’usage pour découvrir toutes les saveurs de la cuvée et profiter d’un accord met/vin bio des plus succulents.

Alors, pour vous aider à déguster le vin dans de meilleures conditions, voici 5 erreurs à éviter !

 

1. Fumer une cigarette avant la dégustation

Fumer une cigarette avant de déguster un vin bio est une erreur trop souvent commise. Pourtant, cette habitude recouvre les papilles, ce qui vous empêche d’apprécier pleinement les différentes notes du bouquet.

2. Boire directement après avoir ouvert la bouteille

Un vin rouge doit bénéficier du contact de l’air pour développer ses arômes. L’oxygénation permet au bouquet de s’épanouir et de diffuser toutes les saveurs qui le composent. Les tanins s’assouplissent pour laisser place aux arômes fruités, floraux ou épicés de la cuvée.

Alors, si vous devez partager un moment convivial entre amis, accompagné d’un vin bio, prenez le temps de faciliter son oxygénation. Ouvrez la bouteille au moins 30 minutes avant de le servir. S’il s’agit d’un vin jeune, le mieux reste de le carafer, pour une oxygénation plus rapide et plus efficace.

Si vous ne disposez pas de carafe, servez déjà les verres à l’avance, pendant que vous prenez l’apéritif, par exemple.

Pour un vin rouge d’une dizaine d’années, pensez à la carafe à décanter. En plus d’aérer son bouquet, elle va filtrer le dépôt qui se forme au fur et à mesure du temps qui passe. À la fin, vous vous retrouverez avec un vin bio assoupli, assaini et prêt à être apprécié.

3. Boire le vin bio trop vite

Un vin s’apprécie, se déguste, s’estime et se savoure. Pour distinguer toutes les saveurs et évaluer son caractère, il est nécessaire de le garder en bouche quelques secondes. Le vin bio doit emplir votre palais avec son bouquet.

Avalez progressivement pour ressentir chaque note et être capable de mettre des adjectifs sur le nectar que vous dégustez : souple, élégant, frais, puissant, charnu, corsé, léger, moelleux, équilibré…

4. Saisir le ballon du vin rouge

On ne déguste pas le vin comme les autres boissons. D’abord, il faut disposer d’un verre à pied, transparent si possible. L’objectif est de pouvoir observer la robe et les larmes de la cuvée avant sa dégustation.

Une fois le vin servi, sachez qu’il y a une façon spéciale de tenir le verre. En effet, lorsque votre main est posée sur le ballon, elle va le réchauffer et en altérer le goût. C’est la raison pour laquelle les verres à vin possèdent un pied !

5. Grignoter du salé ou du sucré pendant la dégustation

Si la dégustation se fait durant un apéritif entre amis, il est recommandé de goûter le vin avant de se jeter sur les verrines et autres toasts appétissants. Normalement, si votre hôte s’y connaît en vin bio, il vous proposera un accord amuse-bouche/vin des plus succulents.

Néanmoins, goûter le cru à jeun permet d’apprécier pleinement les saveurs qu’il offre. Vous vous faites déjà une première idée sur les caractéristiques du bouquet. Ensuite, vous pouvez prendre une verrine et un toast avant retenter la dégustation.

Le mariage des différents arômes doit vous faire découvrir de nouvelles sensations gustatives et vous encourager à porter encore un autre regard sur le vin bio servi à cette occasion.

 

La dégustation nécessite l’éveil de vos facultés organoleptiques. Moins vous entravez vos sens, plus vous serez en mesure de distinguer des notes spécifiques. Lors de votre prochaine dégustation, ouvrez bien l’œil sur les erreurs citées dans cet article pour les éviter et apprécier au mieux les saveurs du vin bio servi.

05
Juil

Les ventes de vin bio ont augmenté de 17,2 % entre 2014 et 2015

Bonne nouvelle ! Les indicateurs témoignent d’une forte croissance de la demande de vin bio, ce qui provoque une augmentation des conversions vers ce type de culture. Auparavant marginale, la consommation de vin bio s’impose de plus en plus dans le cœur des consommateurs, même des plus jeunes.

 

La consommation de vins bio au secours de l’agriculture biologique

D’après l’Agence Bio, en 2015, les ménages français ont acheté pour 670 millions d’euros de vins bio, soit une progression de 17,2 % par rapport à 2014. Son succès s’affirme aussi bien en France qu’à l’international.

La part du vignoble français bio ne cesse d’augmenter puisqu’il atteint aujourd’hui plus de 60 000 ha, soit 9 % des vignes. La France se place ainsi à la troisième place des producteurs mondiaux de vins biologiques derrière l’Espagne et l’Italie. À noter que ces trois pays abritent 73 % des surfaces mondiales de vignobles bios.

Pour revenir à la France, la répartition de la culture du vin bio est assez surprenante, comme nous le montre la carte ci-dessous.

Répartition des vignobles qui produisent du vin bio en France

Source : En magnum n°4, en kiosque le 24 juin 2016

La Provence arrive en tête et représente 24% du vignoble bio, suivie par le Jura (17%) et l’Alsace (13,5%). Quant au Bordelais, il possède 5,4% de vignobles bio, dont celui de Grand Français !

 

Le profil des consommateurs de vins bio

D’après l’Institut Ipsos, un français sur trois consomme du vin bio. Les jeunes âgés de moins de 35 ans sont particulièrement attirés par ce marché et représentent 21 % des consommateurs. Cette tendance se dessine également en Suède, en Allemagne et au Royaume-Uni.

En Europe, les femmes sont légèrement plus consommatrices de vins bio que les hommes : elles sont 50,5 % à en consommer régulièrement. En France, ce chiffre descend à 44.3% mais reste tout de même très honorable.

Parmi les raisons invoquées à la consommation de vin bio, c’est la sensibilité à la préservation de l’environnement qui vient en tête, suivi de la protection de la santé.

Les aficionados du vin bio sont prêts à payer plus cher. En effet, ils déclarent dépenser, en moyenne, pour leur consommation personnelle, 7,50 € pour une bouteille de vin traditionnel contre 9 € pour une bouteille de vin bio. La vente en direct (coopératives, vignerons indépendants) est très appréciée.

 

Le vin bio tout naturellement

Peu à peu le vin bio s’impose tant en France qu’à l’étranger. Son exportation ne cesse d’augmenter : +26 % en 2015. À la fin de cette même année, le négoce international du vin bio vers l’Union Européenne a rapporté 217 millions d’euros à la France. Quant aux expéditions vers les pays tiers, elles représentent un chiffre d’affaires de 144 millions d’euros.

Aujourd’hui, les vins boostent les exportations françaises de produits bio : ils constituent les 2/3 des produits issus de l’agriculture biologique exportés. Ils représentent également 11 % du total des ventes des produits alimentaires bio sur le territoire français.

 

Le bio, moteur de croissance de la cote des vins ? Oui, certainement, dès lors que la qualité du vin est au rendez-vous ! Les consommateurs étant de plus en plus soucieux concernant l’environnement et leur santé, il est normal que la viticulture biologique les intéresse de manière croissante. Il ne reste plus qu’à vérifier si la tendance se confirme en 2016, mais chez Grand Français, nous sommes confiants…

 

29
Juin

Les portes de la Cité du Vin à Bordeaux sont ouvertes !

La Cité du Vin de Bordeaux vous accueille enfin ! Installée sur 10 étages, pour une superficie totale de 13 350 m², elle se veut comme un véritable pont entre les différentes cultures et civilisations liées à l’univers viticole.

Inaugurée le 31 mai par le président de la République, la Cité du Vin est désormais ouverte au grand public. Les amateurs et les connaisseurs peuvent se côtoyer pour découvrir ce lieu fabuleux qui expose le vin sous toutes les coutures.

Les premiers visiteurs émerveillés

France Bleu note que la grande ferveur née dès l’ouverture des portes de la Cité du Vin est remarquable. Cette fascination est bien visible sur le visage des premiers visiteurs des lieux qui sont déjà conquis par la découverte des expositions.

Ceux-ci évoquent surtout l’enrichissement du parcours pédagogique autour du vin et de ses bienfaits pour les consommateurs. Tous les sens sont mis en éveil et en émoi, à travers un parcours initiatique si dense, qu’il suscite l’envie de revenir pour en savoir toujours plus

Un centre touristique aux ambitions internationales

Devenue le premier centre d’intérêt des amateurs de vins de Bordeaux, cette nouvelle cave se veut un lieu « dont l’ambition est clairement internationale ». Avec un objectif fixé à 450 000 visiteurs chaque année, la Cité du Vin souhaite devenir incontournable pour les amoureux et les experts de l’œnotourisme.

Cette ambition internationale se retrouve dans l’apport des différents organismes financiers de cette belle réalisation. En effet, 18 % des financements de ce projet proviennent de l’Union européenne. Mais la Cité des vins a bénéficié aussi d’apport de multiples bailleurs de fonds internationaux.

La Cité du Vin applaudit outre-Atlantique

L’American Friends of La Cité du Vin a aussi mis la main à la pâte avec un apport de 300 000 d’euros. D’ailleurs, c’est pour cette raison que l’auditorium de cette « Tour du vin » porte le nom de Thomas Jefferson. Et c’est ce qui explique également l’engouement des Américains pour ce joyau ! Très présents au moment de l’ouverture, ils ont marqué leur admiration à travers des articles de presse et tweets très élogieux. Certains ont même qualifié cette cité de « Disneyland du vin » !

Il faut dire que les Américains consomment de plus en plus de vin : les études montrent une hausse de 0.5% chaque année. Depuis 2013, ils ont même dépassé les français en volume de vin consommé avec 29,1 millions d’hectolitres annuels, contre 28,1 dans notre pays.

Les horaires de la Cité du vin

Si vous souhaitez visiter ce musée œnologique, notez les horaires d’ouverture pour vos prochaines vacances :

  • Du 1er juin au 31 août, le site est ouvert de 9h30 à 19h30.
  • Du 1er au 30 septembre : 9h30-19h du lundi au vendredi et 9h30-19h30 le week-end.
  • Du 1er au 30 octobre : de 10h à 18h30 du lundi au vendredi et 9h30-19h le week-end.
  • Du 1er novembre au 31 décembre : ouvert de 10h à 18h du mardi au dimanche, et de 10h à 18h30 pendant les vacances scolaires.
  • Fermé le 25 décembre.

En attendant de réveiller vos sens avec la Cité des Vins de Bordeaux, vous pouvez découvrir les vins de Bordeaux directement chez vous grâce à notre boutique en ligne

21
Juin

5 conseils pour laver correctement ses verres de vin rouge

Lors de vos dégustations, vous aimez que vos verres de vin soit étincelants et limpides. Et vous avez raison ! C’est de cette manière que vous pouvez apprécier au mieux sa robe et analyser ses larmes. Néanmoins, laver des verres n’est pas si évident que cela, même si vous possédez un lave-vaisselle.

Surtout qu’un verre dans lequel il reste du dépôt, du calcaire ou du savon, peut fausser votre dégustation et même gâcher le goût du vin. Alors, prenez soin d’eux pour les laver de manière optimale et leur faire retrouver le même éclat qu’au premier jour, grâce à ces 5 conseils incontournables.

 

Laver avec de l’eau chaude et un zeste de savon

Vous faites la vaisselle à la main ? Diluez un peu de savon liquide, et non du produit vaisselle, dans de l’eau chaude. Lavez vos verres avec une éponge douce, évitez le côté grattant qui risque de les rayer.

Concernant le rinçage, évitez à tout prix l’eau froide. Les températures extrêmes peuvent causer des fêlures ou des cassures.

 

Au lave-vaisselle : du gel plutôt que de la poudre

Vous êtes adepte du lave-vaisselle ? Les lavages à répétition dans ce type d’appareil ne vous garantissent absolument pas un verre de vin étincelant. Bien au contraire ! Ces derniers finissent souvent par ternir ou contenir des traces blanches qui ont de plus en plus de mal à disparaître avec le temps.

Pour y pallier, optez pour un produit lavant sous forme de gel, au lieu de tablette. Le gel se mélange et se dissout bien mieux dans de l’eau. Par conséquent, cette dernière glisse sur les parois du verre sans laisser la moindre trace de gouttes. Ingénieux non ?

 

Pas de trempette excessive !

Vous pensez bien faire en laissant vos verres de vin tremper une bonne heure dans l’eau ? Vous avez tout faux, car le verre est une matière poreuse.  A trop les laisser dans de l’eau chaude, vous prenez le risque qu’ils deviennent flous ou opaques. Pire encore, ils peuvent même absorber le savon de lavage, ce qui entacherait forcément votre prochaine dégustation de vin rouge.

 

Le rinçage avant le lavage

Vos amis viennent de partir et vous n’avez pas la force de faire la vaisselle ? C’est tout à fait normal. Cependant, faites un petit effort pour au moins rincer les verres de vin rouge. Vous les passez sous l’eau tiède quelques secondes et vous aurez tout le loisir de les ranger au lave-vaisselle le lendemain ou de les nettoyer à la main.

Pourquoi est-il important de les rincer ? Parce que l’alcool peut facilement s’incruster dans le verre (il est poreux, rappelez-vous !) et donc laisser un goût amer au fond.

 

Et le séchage ?

Une fois les verres lavés, il faut encore prendre soin de l’essuyage. Le séchage à la main requiert un véritable doigté. Si vous tenez la coupe par le pied en essuyant le ballon, votre verre de vin risque de rendre l’âme.

Prenez plutôt un linge doux dans une main et déposez-y le haut du verre. Ensuite avec votre pouce et votre index, de l’autre main, tenez la coupe et faites-la tourner. Zéro trace garantie !

 

En respectant ces quelques astuces, vos verres de vin seront clairs comme de l’eau de roche, prêts à accueillir un délicieux Bordeaux comme le Château Grand Français.

 

15
Juin

6 questions pour tout savoir sur l’univers du vin rouge

Si vous suivez notre blog régulièrement, vous avez remarqué que nous essayons de vous éclairer au maximum sur l’univers du vin rouge et du vin bio. À travers nos conseils, nous espérons vous aider à choisir au mieux vos bouteilles, à la déguster à leur apogée et à les accorder avec les mets parfaits.

Ce qui n’empêche pas les consommateurs de se poser encore beaucoup de questions sur le vin rouge, sa consommation, son univers, son service. C’est la raison pour laquelle nous vous proposons une sorte de « Foire aux Questions » pour connaître l’essentiel sur le vin rouge.

 

Combien de temps doit-on ouvrir une bouteille de vin rouge avant de la servir ?

Il est difficile de donner une réponse générique ! Tout d’abord, cela va dépendre du vin en lui-même : est-il jeune ou ancien ? Certains vins de table peuvent être dégustés 10 minutes après l’ouverture de la bouteille, alors que des grands crus auront besoin d’au moins 1h pour donner le meilleur de leur bouquet.

Par contre, si vous décidez de carafer directement le vin, ces temps s’amenuisent ! Un jeune vin (qui se déguste à sa naissance) pourra être consommé dès sa mise en carafe. Un vin rouge plus ancien, qui a besoin de s’oxyder, pourra être dégusté 20-30 minutes après.

 

Existe-t-il une différence entre carafer et décanter un vin rouge ?

Oui ! Carafer signifie simplement aérer le vin pour lui permettre d’exprimer pleinement ses saveurs. C’est généralement la méthode utilisée pour les vins jeunes (entre 3 et 5 ans). Au-delà, il est nécessaire de supprimer le dépôt qui se développe naturellement dans les vins plus anciens.

Pour effectuer correctement ce procédé, vous devez opter pour une carafe à décanter, capable de filtrer ce dépôt pour ne garder que le nectar préféré de Bacchus.

 

Comment remplir correctement son verre de vin rouge ?

Très souvent, lors de repas entre amis, il est courant de dire : « ne remplit pas plus haut que le bord ! ». Ce qui fait rire l’assemblée. En réalité, concernant le vin rouge, il faut même s’arrêter largement avant. La règle est de verser jusqu’à ce que le liquide atteigne le plus large diamètre du ballon.

 

Pourquoi ne doit-on pas tenir son verre par le ballon ?

Si les verres de vin sont empreints d’une grande élégance avec leur pied fin et parfois finement décoré, ce n’est pas uniquement pour des raisons esthétiques. Il est recommandé de tenir son verre par le pied pour éviter de réchauffer le vin rouge.

Pour que ce dernier délivre toutes ses saveurs, il doit rester à une température de 12°C. Déjà que l’air ambiant risque de le réchauffer, si vous mettez en plus votre main autour du ballon, le mercure va encore grimper. Ce qui risque de modifier le goût de la cuvée et généralement, ce n’est pas pour l’améliorer…

 

Le prix d’une bouteille est-il un gage de qualité ?

La qualité a un prix, c’est vrai. Néanmoins, ce n’est pas parce qu’une bouteille de vin rouge offre des prix attractifs qu’elle sera mauvaise. Il faut déjà comprendre que la « qualité » est une notion subjective. Vous pouvez goûter un vin que vous trouvez délicieux, tandis que votre voisin de table le jugera moyen.

Ensuite, la méthode de conservation et l’année de dégustation vont aussi jouer un rôle sur la perception de la qualité. Si vous achetez un grand cru qui nécessite de vieillir au moins 10 ans et que vous l’ouvrez tout de suite, vous risquez d’être fortement déçu ! Il en va de même si vous le conservez dans un endroit non adapté pendant cette dizaine d’années…

Ne vous arrêtez jamais sur un prix et préférez toujours demander conseil à votre caviste.

 

 Les vins anciens sont-ils meilleurs que les vins jeunes ?

Il est courant de voir des articles dans la presse qui relatent des ventes exceptionnelles de grands crus, de plusieurs dizaines d’années, à des tarifs aux multiples zéros. Face à ces informations, vous êtes vite tenté de faire une liaison entre l’ancienneté d’une bouteille et sa qualité. Des vins qui dépassent le millier d’euros doivent forcément être délicieux.
Et bien non, encore une fois, de nombreux paramètres entrent en compte dans la qualité du bouquet. Vous pouvez prendre le vin le plus cher du monde, si vous l’exposez trop longtemps à la lumière ou à la chaleur, il sera aussi bon que du vinaigre…

Il existe de belles surprises dans les vins jeunes ! Tout dépend de vos goûts, de vos besoins et du repas qui accompagne votre bouteille.

 

Vous avez d’autres questions ? N’hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux et à nous contacter !

07
Juin

Quand le vin fait son cinéma…

Le vin reste très présent à l’écran, malgré la loi Evin. Cette dernière empêche le « placement de produit » en interdisant les partenariats financiers entre les vignerons et les réalisateurs, mais elle n’empêche pas ces derniers de créer des scènes autour du vin. La preuve, l’été dernier, France 2 nous gratifiait d’une série policière en plusieurs épisodes : « Le sang de la vigne ».

Grand Français vous propose de vous installer confortablement et de vous faire une toile des films mythiques où le vin y tient une place importante.

 

Le dîner de cons

Commençons par un grand classique du cinéma français : Le dîner de cons. Thierry Lhermitte, qui reçoit bien malgré lui un contrôleur des impôts, s’apprête à lui servir un Château Lafite-Rothschild 1978. Sauf qu’il se rend compte que celle-ci risque de mettre la puce à l’oreille de son invité quant à sa fortune. Il choisit donc d’y ajouter du vinaigre pour le faire passer pour « de la piquette ».

 

Hannibal Lecter

Que vous ayez seulement vu le mythique Silence des Agneaux ou la trilogie complète, vous aurez remarqué qu’Hannibal Lecter reste un fin gourmet, malgré la viande un peu particulière qu’il consomme. Et comme tout amateur de gastronomie, il marie ses plats avec de grands vins. Dans le premier film, lors de son interrogatoire en prison, le célèbre tueur en série fait référence à un « excellent chianti ».

Tout au long du second volet, vous pouvez distinguer un château Phélan Ségur, un riesling Clos Sainte Hune et un Vignetti La Salvanella.

 

Red Obsession

Présentons maintenant un documentaire avec la voix de Russell Crowe concernant la passion des Chinois pour le vin, notamment le vin de Bordeaux.

Sortie au cinéma en 2013, Red Obsession est l’œuvre de David Roach et Warwick Ross, qui possède la double casquette de réalisateur et vigneron. À travers une narration dynamique, ils ont souhaité faire ressortir la frénésie et l’excitation d’un pays pour un nouveau marché.

red obsession

 

James Bond

La saga des James Bond est riche en grand cru ! Même si le célèbre agent secret a pour habitude de commander une vodka-martini au bar, il ne refuse jamais un excellent verre de vin :

  • Dans le film Bons baisers de Russie (1963), James Bond consomme un Chianti dans l’Orient Express.
  • Dans Goldfinger (1964), l’agent 007 s’offre un Mouton Rothschild 1947, premier cru de Bordeaux et un Piesporter Goldtropfchen 1953 (Riesling allemand).
  • Le 6ème opus de la saga, Au service secret de Sa Majesté (1969), fait encore apparaître une bouteille de Mouton Rothschild, mais de 1957 cette fois.
  • Dans Les Diamants sont éternels (1971), il déguste également une bouteille de Mouton Rothschild, millésime 1955.
  • Dans Casino Royale (2006), c’est un Château Angélus, millésime 1982, Premier Grand Cru de Saint-Emilion, qui est mis à l’honneur.
  • Dans Spectre (2015), c’est de nouveau un Château Angélus que déguste le célèbre agent, de 2005 plus exactement.

 

Tu seras mon fils

Terminons cette séance avec un film français, sorti en 2011, qui a pour décor et objet principal un vignoble de Saint-Emilion. Paul de Marseul, propriétaire du domaine, travaille avec son fils Martin. Il est supposé lui léguer le vignoble, mais il pense son fils incapable de la gérer. Il est donc en quête d’un nouveau successeur… C’est à cet instant que Philippe fait son apparition et risque de bouleverser les plans de Martin concernant la reprise du domaine. Un scénario palpitant au milieu d’un décor magnifique .

 

Si vous ne savez pas quel film regarder ce soir, vous avez maintenant l’embarras du choix ! Installez-vous confortablement sur votre canapé, avec un bol de popcorn caramélisé et un vin rouge de Bordeaux, prêt pour une soirée détente en compagnie d’un héros hors du commun.