THE BLOG

29
Nov

Des innovations chez Grand Français

Des vendanges manuelles en clayettes pour le Millésime 2017

Comme tout le monde le sait, le vignoble bordelais n’a pas été épargné par une météo capricieuse cette année. Le printemps et l’été ont favorisé la sortie de la vigne en avance mais les pluies de septembre ayant accéléré la fin de la saison pour nos raisins, les vendanges ont été très précoces. Il fallait choisir, prendre les bonnes décisions car le temps était compté.  

C’est le 28 septembre que nous avons choisi de récolter nos raisins. La nature a été clémente avec Grand Français car malgré l’épisode du gel et un vignoble touché sur sa quasi totalité, nos contre-bourgeons solides, robustes et surtout d’une belle qualité, nous ont permis d’accuser le coup et de ramasser environ 60% d’une récolte habituelle, contrairement à certains confrères malheureusement.

Car malgré ce que l’on peut dire, entre les vignerons il n’est pas uniquement question de concurrence et face à des phénomènes d’une telle ampleur pouvant laisser certains sans aucune ressource pour affronter les années à venir, la solidarité est alors de mise. Ce fut le cas entre les adhérents du Syndicat des Vins Bio de Nouvelle Aquitaine qui ont mis en place un système de Bourse aux vins pour permettre aux vignerons bio touchés par le gel d’entrer en contact avec des vignerons bio qui auraient de la vendange ou du vin à proposer. Ces transactions ont été évidemment strictement encadrées.

Pour revenir à Grand Français, nous avons profité de ce Millésime atypique pour innover et accentuer la qualité de nos actions. Nous avons en effet décidé de vendanger pour la première fois en clayettes afin de préserver encore d’avantage les baies intactes et d’éviter l’oxydation.

Le processus a ensuite suivi son cours comme chaque année entre fermentations, écoulages et repos du raisin pour le laisser naturellement faire son travail.

Une filtration tangentielle pour le Millésime 2016

Pendant ce temps-là, le millésime 2016 a lui aussi eu droit à sa dose d’innovation grâce à cette machine utilisée pour la première fois sur la propriété pour la filtration Tangentielle. Cette méthode consiste à faire circuler le liquide à filtrer parallèlement à une membrane poreuse. Cette filtration que nous avons choisie présente de nombreux avantages d’un point de vue environnemental : elle ne requiert pas d’adjuvants de filtration et ne produit pas de déchets solides, mais aussi en termes de sécurité alimentaire : la filtration tangentielle permet l’élimination de certains micro-organismes, dont les levures, et peut donc permettre de diminuer les doses de soufre utilisées. Il faut savoir sur ce point qu’à Grand Français il n’y a aucun ajout de sulfate au moment de la fermentation alcoolique. Un autre avantage que présente cette méthode, de loin non négligeable, est la conservation des caractéristiques organoleptiques (potentiel aromatique et polyphénolique) par rapport à des filtration sur terres.

Ces innovations représentent un investissement conséquent financier mais aussi une implication quotidienne de notre maître de chais qui œuvre chaque jour à rendre les vins de Grand Français à la hauteur de son terroir et de ses ambitions.

Ce millésime 2016 tant attendu se repose encore quelques mois avant d’être mis sur le marché. Nos distributeurs, qui ont eu la chance de le gouter en avant-première, l’attendent déjà de pied ferme. Digne d’un très grand millésime, nos deux cuvées permettrons néanmoins de ravir tous les amateurs. Notre cuvée Héritage ayant été élevée en cuve inox uniquement, son fruit et son jus pourront être appréciés rapidement. Notre Grande Cuvée, ayant bénéficié d’un élevage en barrique sera quant à elle, à l’image des excellent Bordeaux, à déguster sur le long terme et avec patience pour lui laisser  le temps de développer encore d’avantage ses arômes de fruits noirs et son élégance.

Plus proche de Grand Français

Si vous soulez en savoir d’avantage sur l’histoire de Grand Français, rendez vous sur notre site internet : http://www.grand-francais.com/ ainsi que sur notre compte Instagram pour suivre nos aventures au quotidien : https://www.instagram.com/chateau_grandfrancais/?hl=fr

N’hésitez pas à nous retrouver dans quelques jours pour Bordeaux Tasting où nous exposons pour la première fois au sein de la Bulle éphémère (Place de la Bourse) mais aussi très prochainement pour plusieurs évènements sur la capitale.

http://www.terredevins.com/evenements/bordeaux-tasting-2017/

Plus d’infos à venir

10
Fév

Millésime Bio – Le salon évènement de ce début d’année qu’il ne fallait pas manquer

Pendant 4 jours la planète vin a vue bio sous le chant des cigales

Le Parc Chanot avait revêtu pour l’occasion ses nappes blanches et c’est dans un hall très épuré où aucun artifice ne dépassait que les vins bio du monde entier se sont présentés.

Ils sont venus nombreux, très nombreux pour l’occasion au cœur de l’envoutante ville de Marseille pour déguster les vins de producteurs labellisés Bio et Biodynamie.

Des quatre coins du monde, importateurs, distributeurs, cavistes, agents, sommeliers, journalistes, professionnels de la filière sont venus chercher, découvrir ou rendre visite aux grands noms, aux belles appellations, aux petites pépites, aux trouvailles qui sortent du lot, aux vins médaillés.

https://www.challenge-millesime-bio.com/

Et il y en avait ! Le jury de professionnels du Challenge Millésime Bio a en effet décerné 413 médailles pour récompenser les meilleurs vins issus de l’agriculture biologique. En 2017, sur 1413 vins dégustés, ils ont attribués : 87 médailles de bronze, 201 médailles d’argent et 125 médailles d’or.

Gage de qualité ?

Voici l’avis de Joris Snelten, président du jury (P-DG de Delta Wines, l’un des plus importants importateurs néerlandais, maison-mère de Coenecoop, société spécialisée dans les vins biologiques, équitables ou « durables »).

« C’est une très bonne initiative d’organiser un concours de vins biologiques car il y en a maintenant tellement que cela permet de distinguer les meilleurs en les mettant sur un podium. Aux Pays-Bas, les médailles sont un critère de choix important pour les consommateurs néerlandais, cela les guide dans leurs achats. »

Le Château Grand Français est quant à lui très fier d’avoir obtenu une médaille d’argent sur sa Grande Cuvée 2011.

Vous ne l’avez pas encore gouté ? Dépêchez-vous car il ne reste qu’un petit millier de bouteilles bien gardé au château mais probablement plus pour très longtemps …

http://boutique.grand-francais.com/

Et ce n’est pas l’équipe des Vins Bio de Camille qui diront le contraire.

Dénicheurs de pépites Bio, ils sont basés à Bordeaux mais très peu pour eux le chauvinisme. Jeunes curieux dynamiques et touche-à-tout, le trio co-fondateur de cette jeune start-up a décidé de surfer sur la vague bio (quitte à délaisser un peu celles du Bassin) et ils semblent avoir eux-aussi trouvé leur bonheur à Millésime Bio et ils nous expliquent pourquoi sur leur blog.

Millésime Bio à Marseille c’est aussi l’occasion de faire des belles soirées off dans des lieux culturels et monuments architecturaux comme la soirée Chateauneuf-du-Pape au Mucem ou la soirée Beaujolais à la Cour du Palais.

 

Terre de Vin aussi y était.

http://www.terredevins.com/actualites/beaujolais-nouvelle-generation-prend-choses-main/

Changement de lieu, un mal pour un bien ?

Si tout ce vacarme a surpris et a fait beaucoup de bruit, le salon Millesime Bio s’en est, lui, très bien sorti.

Un moyen de contrer les préjugés

Car le Bio ce ne sont pas quelques vignerons fous en quête d’une reconnaissance du parti écolo ni un nouvel hobbies pour passer le temps, et encore moins une façon aléatoire d’élaborer son vin. Aux mauvaises langues qui se font influencer et à ceux qui s’obstinent à clamer haut et fort que le bio est moins bon, quelques minutes de lecture s’imposent autour d’une récente recherche très intéressante sur le gout des vins bio menée par Mr Olivier Gergaud.

http://www.telegraph.co.uk/food-and-drink/news/organic-wine-really-does-taste-better-says-new-study/

http://www.laprovence.com/actu/en-direct/4303147/une-etude-de-kedge-sur-la-qualite-des-vins-bio.html

C’est parce qu’ils sont plus discrets, moins axés sur le marketing, n’appartenant ni à de grosses compagnies bancaire ou d’assurance que les vignerons bio se sont créés ces dernières années cette nouvelle image respectée et respectable.

Un salon international du Bio, c’est une atmosphère, un état d’esprit, ce sont des contraintes que l’on partage et qui se transmettent par un regard par un sourire, ce sont des rendements moins importants pour un gage de qualité plus important.

Il n’y a pas de concurrence, ni entre vignerons ni entre appellation, il y a au contraire une dynamique commune, une ferveur et une volonté de vouloir faire bien et bon, de faire mieux si cela implique moins. C’est une même passion que pour (presque) toute la filière mais avec une philosophie supplémentaire, celle du respect de l’environnement, des gens qui travaillent pour le vignoble aux consommateurs qui vont boire ces vins.

https://www.challenges.fr/finance-et-marche/le-marche-des-vins-bio-en-plein-essor-en-france_452130

Alors si vous ne vous êtes pas déplacé sur Millésime Bio cette année, voilà ce que vous avez raté.

Vous pourrez toujours vous rattraper l’année prochaine, reste à savoir où…

Marseille aura-t-elle de nouveau sa chance ? Il semblerait que l’horizon lui sourit et qu’après avoir été Capitale Européenne de la Culture, un nouveau projet culturel semble pointer son nez …

https://marsactu.fr/mp-2013-bis-acteurs-culturels-veulent-remettre-couvert/

PM2018 ?… Quoi qu’il en soit la volonté de garder une certaine dynamique est, elle, bien présente et il semble en être de même pour Millésime Bio

 

To be continued …

 

 

13
Jan

European Business Trip for Chateau Grand Français

Two weeks of European Wine Tasting

Voyager entre les cultures, faire découvrir notre passion et nos valeurs, s’installer de manière durable hors de nos frontières, dans la grande aventure mondiale, diffuser notre savoir-faire dans d’autres décors, d’autres occasions et partager leurs moments de vie les plus agréables.

Telle est l’objectif de l’export, sa mission première.

Ne pas travailler pour soi mais pour les autres, leur offrir ce qu’ils n’ont pas encore.

C’est vers nos voisins du Nord que nous avons choisi de prospecter, de développer notre image et de s’implanter.

Step 1

Le business trip de Grand Français a débuté en Finlande.

Connue pour son architecture Art Nouveau à laquelle s’ajoute une touche moderne de fonctionnalisme mêlé à une influence de classicisme, bienvenue dans la capitale de la Finlande, à Helsinki, une ville gastronomique à la pointe de la Nouvelle Cuisine finlandais. L’archipel d’Helsinki totalise près de 330 îles, où les citadins ont l’habitude en été d’aller passer des journées à la plage ou faire du camping. En hiver seuls les touristes s’adonnent à une virée en mer ;)

 

Les Finlandais vont sembler relativement calmes et réservés de prime abord, mais ils feront une toute autre impression au fil de la journée.

C’est au Musée du Design que la première dégustation B to B a permis aux importateurs et professionnels finlandais de venir à la rencontre de vignerons des quatre coins de la France pour y trouver leurs futurs collaborateurs.

http://www.designmuseum.fi/fi/

Une hâtive visite des principaux points de vente de la ville nous a permis de remarquer quelques packaging originaux et de se rendre compte que la tradition n’est pas nécessairement de mise dans les pays nordiques !

 

Step 2

Direction la Suède pour la suite de la mission.

Les vignerons se font plus nombreux, les visiteurs aussi.

C’est avec un immense privilège et au sein du très luxueux Grand Hôtel de Stockholm à l’architecture baroque que nous avons une fois de plus fait découvrir nos pépites de producteurs.

Des bulles de Champagne aux arômes d’abricot confiture des Cognacs, nous avons fait voyager nos visiteurs dans les plus belles régions de France, le tout dans un décor féérique abondant de dorures.

Le pays représente de loin le plus important marché de Scandinavie, en volume comme en valeur.

Le consommateur suédois aime expérimenter et découvrir. Il est de plus en plus connaisseur, épicurien et à la recherche de nouveautés. L’alliance mets-vin est souvent recherchée dans un pays qui excelle dans la haute gastronomie. En effet, la restauration suédoise est un secteur dynamique où les vins français jouissent d’une excellente réputation.

http://www.visitsweden.com/suede/-voir-et-a-faire/Food–Drink/Le-White-Guide/

La France détient une place particulière à leurs yeux, elle était en effet en 2015, le premier fournisseur de vin en valeur du pays. En 2015, le pays a importé 21,64 millions de litres de vin français pour une valeur de 79,12 millions EUR.

 

STEP 3

La mission Northern Europe de Business France prend fin à Oslo, dans un lieu atypique, où le bruit et les couleurs d’une douce rivière pouvaient être appréciés entre deux dégustations.

Ah la Norvège… Où il fait si bon vivre. Et ce n’est pas peu dire ! La Norvège étant un des pays les plus riches du monde, avec une population jouissant d’un niveau de vie élevé, elle présente un potentiel certain malgré l’existence d’un monopole sur le marché du vin, à l’égal de ses voisins.

En Norvège, le circuit de distribution est simple : pratiquement tout est géré directement ou indirectement par le Vinmonopolet, un organisme d’Etat placé sous l’autorité du Ministère de la santé et des affaires sociales. La Norvège, qui n’est pas producteur de vin, fait exclusivement appel aux importations de vins et spiritueux pour alimenter son marché domestique.

Le Vinmonopolet possède le monopole de la distribution des vins en Norvège. Il s’appuie sur une chaîne de magasins spécialisés dans la vente au détail de boissons alcoolisées ou non. En 2015, on comptait 301 magasins, la quasi-totalité en libre-service.

https://www.vinmonopolet.no/

Le Vinmonopolet publie et envoie aux grossistes-distributeurs des appels d’offres deux fois par an. Les offres doivent ensuite lui être soumises par l’intermédiaire des grossistes-distributeurs agrées, accompagnées d’échantillons et doivent refléter voire anticiper la demande norvégienne et l’offre internationale.

Les appels d’offres permettent de référencer chaque année environ 150 nouveaux produits de tous pays confondus.

Aujourd’hui, les prix des vins exportés par la France comptent parmi les plus élevés au monde, ce qui traduit un positionnement sur des produits bien valorisés, et même de plus en plus valorisés au vu des évolutions que connaissent les prix moyens depuis quinze ans.

 

Mais c’est dans la joie et la bonne humeur que la charmante troupe de viticulteurs français s’est séparé dans un complice « à bientôt » plutôt qu’un au revoir.

C’est aussi ça l’export, travailler dans le monde entier mais être amené à se retrouver dans un pays, sur un salon, au détour d’un évènement avec des souvenirs plein les yeux.

Parce que quand on aime son métier et son produit, le voisin n’est pas un concurrent, c’est un collaborateur qui cherche lui aussi à vous faire apprécier son produit et pour peu qu’on soit un peu curieux, on n’est pas à l’abri d’un coup de foudre œnologique.

Step 4

Quand les vins de Bordeaux attaquent le marché Belge !

Le premier à ouvrir les hostilités fut le festival « EAT BRUSSELS, DRINK BORDEAUX » en septembre.

https://visit.brussels/en/sites/eatbrussels

Allan Sichel, le nouveau président du CIVB (Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux) était présent et une partie de son témoignage nous a particulièrement intéressé : « Les vins de Bordeaux ont une image trop compliquée, une image de vins chers et, de manière plus générale, un manque de lisibilité. Nous devons rendre nos vins plus attractifs et séduisants, plus fun, et redonner envie aux consommateurs en leur montrant qu’il existe une gamme d’excellents vins entre 8 et 15 euros. Nous sommes fiers de nos grands crus classés, mais ceux-ci ne représentent que 3 % de notre production ; ils ne sont pas représentatifs de notre cœur de gamme. »

Dans cette même optique, le plus important évènement du secteur vinicole au Benelux, MEGAVINO a ouvert ses portes fin octobre, au cœur de Brussels Expo, dans le centre névralgique des organes politiques de l’Europe.

http://megavino.be

Et nous y étions, 4 jours durant, au sein du Pavillon France, pour faire découvrir notre vin de propriété à ce public averti. Car attention, la Belgique est un grand consommateur de vin, doté d’une population de 11,37 millions d’habitants en 2016. Bien que globalement qualifié de marché mûr d’ultra-connaisseurs, le marché belge est divisé entre le nord néerlandophone et le sud francophone. La partie sud du pays (Wallonie et Bruxelles) est un marché traditionnellement fidèle aux vins français (plus de 67 % des parts de marché en 2015)

 

Step 5

Equipé d’une chapka et d’une bonne fourrure, nous nous envolons pour la Russie, avant dernière étape mais non des moindres de ce fantastique périple.

1ère escale : Moscou

Le Disneyland pour adulte, le décor de cinéma, la ville imprévisible où il semblerait que le temps se soit arrêté en pleine période de fête !

Ah vous ne l’imaginiez pas comme ça ? Et bien moi non plus !

Moscou c’est un froid qui donne envie d’être dehors, c’est une atmosphère pétillante qui fait scintiller le regard, c’est l’envie de tout prendre en photo, de jour comme de nuit.  Moscou c’est aussi la barrière de la langue, des taux de change où l’on multiplie par 64, une histoire qui est comme imprégnée est toujours d’actualité, la rigueur et la décomplexion, Moscou c’est tout ça à la fois.

Fort heureusement, la présence de traductrices a contribué à arranger nos affaires. Elles ont pu nous aider à faire passer le message, à raconter nos histoires propres à chaque château, à expliquer la particularités des cépages qui composent nos vins.

Avec une population de plus de 143 millions d’habitants en 2016, la Russie constitue potentiellement un marché important pour les exportateurs de vin. C’est cependant un marché particulièrement fragmenté et caractérisé par une faible maturité. Il a pati de la campagne anti-alcool menée dans les années 1980, laquelle a conduit à une baisse drastique de la consommation et de la production de vin. L’embargo mis en place par la Russie ne conecrne pas les vins et spiritueux.

En 2015 la consommation totale de vin s’est élevée à 890 millions de litres soit 5,99 litres par habitant, ce qui représente 3,7% de la consommation mondiale de vin et plaçait la Russie au 9ème rang mondial des pays consommateurs de vin. La France aura été en 2015 le deuxième fournisseur de vin en valeur du pays, derrière l’Italie avec 18% de parts de marché.

Step 6

Escale N°2 : Saint Pétersbourg

Une fois n’est pas coutume, , nous avons présenté nos vins dans la salle de réception d’un lieu remarquablement étincellant, digne d’un palais des glaces : le Four Season Palace.

http://www.fourseasons.com/ru/stpetersburg/

Les pétersbourgeois, à peine plus anglophone mais tout autant intéressés, avenants et curieux se sont prétés au jeu et parfois un peu trop, de déguster tout ce qui était sur le circuit. Des vins du Val de Loire aux traditionnels et réputés Bordeaux, il y en avait pour tous les goûts et ceux de beaucoup d’entre eux ont su se tourner vers nos vins rouge, au caractère bien trempé, subtilement boisé, sur des notes de fruits murs, épicés et sur des millésimes très recherchés que nous faisions déguster.

http://www.ambafrance-ru.org/Journee-des-vins-et-spiritueux-francais-a-Saint-Petersbourg

 Step 7 

C’est au Kazakhstan que prend fin ce voyage à travers les us et coutumes de chaque pays, certains où nous avions tout à découvrir d’ailleurs, comme ce dernier. Et pour être honnête, la découverte de la capitale Almaty et de ses habitants ne laisse pas indifférent.

Perché au 11ème étage de l’Intercontinental qui offre une vue imprenable que la chaine de montage du Tian Shan, le choc culturel a été poignant.

Face à un peuple typé (les traits fins mongoles mélés à une peu mate) souriant et d’une grande richesse culturelle, d’une diversité religieuse qui nous ferait palir, d’une grande curiosité concernant les vins de châteaux auxquels ils sont encore peu habitués, ces personnes soucieuses de leur environnement et amoureux de la nature m’ont déconcertés.

On se sent à la fois dépaysé et admiratif. Nous n’avons en réalité qu’une perception très lointaine et vague de ce que représente ce pays qui détient 75% des réserves d’hydrocarbures de la mer Caspienne et pourrait devenir d’ici 2020 le 5ème producteur mondial de pétrole. Le Kazakhstan possède en outre la seconde réserve mondiale d’uranium. 2015 a par ailleurs été une année importante pour le pays qui a intégré l’OMC en novembre 2015 et fait désormais partie de l’Union Economique Eurasiatique aux cotés de la Biélorussie, l’Arménie, la Russie et le Kirghizistan. Le pays se prépare également à accueillir un évènement de grande ampleur : l’exposition internationale en 2017.

https://expo2017astana.com/fr/

Lors de ces missions via Business France, les rencontres avec les ambassadeurs et leurs équipe est toujours un moment convivial et de partage. Il n’est pas rare de croiser certaines personnalités amatrices de bon vin.

La richesse de ce métier se valorise à travers ces moments.

 

 

To be continued…