THE BLOG

09
Mai

4 critères essentiels pour choisir un vin de Bordeaux 

71% des Français reconnaissent ne pas s’y connaître en vin. Ils ont donc un peu de mal à faire leur choix seul face à la multitude de châteaux et de millésimes qui peuplent les rayons de leur cave et de leur supermarché. Pourtant, malgré leurs connaissances reconnues comme limitées, les Français plébiscitent le vin et particulièrement le vin de Bordeaux. Et ils ne sont pas les seuls à l’apprécier ! Actuellement, 13 bouteilles de Bordeaux rouge sont consommées sur notre planète à chaque seconde.

Pour vous éclairer sur le meilleur choix à faire lorsque vous vous trouvez dans le rayon des vins, Grand Français vous propose aujourd’hui 4 critères incontournables pour bien choisir votre vin de Bordeaux.

 

1. Définir vos besoins

Pour commencer, vous devez savoir quel achat vous souhaitez faire. Est-ce du vin que vous allez conserver dans votre cave ou est-ce à l’occasion d’un repas spécial ? Si c’est pour une consommation à table, il faut alors savoir quels sont les mets que vous allez servir.

Ces critères vont vous permettre d’éviter une bouteille trop jeune, si vous souhaitez la consommer dans les jours qui viennent et vous garantir de choisir le meilleur millésime pour une conservation longue durée. Quant à l’accord met/vin, il vous aide à sublimer votre repas en offrant un vin qui relèvera la particularité de votre recette.

 

2. Se renseigner au préalable sur les sites spécialisés

Maintenant que vous avez un peu mieux défini vos besoins, vous avez la possibilité de vous appuyer sur de grands sites pour en savoir plus sur les différentes appellations, les domaines et les meilleurs millésimes. N’hésitez pas à consulter notre blog qui regorge de conseils et d’informations utiles sur le vin de Bordeaux, mais aussi à visiter de grandes références comme :

 

3. Connaître les millésimes phares

Le millésime n’est pas un indicateur miracle, mais il permet au moins de savoir si le vin est à consommer rapidement ou à conserver encore quelques années. 2012 est connue comme une année difficile, avec de nombreuses intempéries qui n’ont pas épargné la vigne bordelaise. Cependant, certains Saint-Emilion s’en sont bien sortis, ainsi que des Pomerol et des Graves.

Parmi les millésimes que vous pouvez acquérir et boire immédiatement, notez que les 2005, 2009 et 2010 sont d’excellentes années. Les 2011, 2008, 2007, 2006, 2004, 2003, 2001 ont aussi été favorables aux vins de Bordeaux et sont des années que vous pourrez consommer immédiatement.

Concernant le millésime récent 2013, il a vraiment connu une année terrible en termes de conditions climatiques. Beaucoup de domaines ont renoncé à sa commercialisation, dont Grand Français. Cette année est donc rare chez les commerçants et les cavistes, mais elle existe ! Certains châteaux ont réussi à rattraper les dégâts causés par la météo pour sortir des vins agréables à la dégustation, souvent entre 20 et 30% moins chers que les bouteilles habituelles. L’année 2013 peut donc donner un très bon rapport/qualité prix.

Le millésime 2014 signe le renouveau des vins de Bordeaux, avec des vins de grande qualité structurés, frais et fruités. Cependant, il est encore un peu tôt pour qu’il délivre toutes ses surprises. Il faudra attendre environ 3 ans pour qu’il soit parfait à consommer.

 

4. Connaître les cépages

Les cépages vous donnent de précieuses indications sur les caractéristiques du vin. Ceux utilisés dans les Bordeaux rouges sont le Cabernet Sauvignon, le Cabernet Franc, le Petit Verdot, le Malbec et le Merlot, en des proportions différentes.

Le Cabernet Franc est le cépage le plus utilisé dans les vins de Bordeaux. Très peu tannique, il confère souvent une couleur plus claire aux cuvées qui en sont majoritairement composées. Il donne alors un certain équilibre et une grande harmonie aux vins rouges.

Le Cabernet Sauvignon et le Merlot sont typiques des Médoc. Le premier apporte de la structure et du caractère, tandis que le second donne un peu de fraîcheur et de rondeur.

Le Petit Verdot et le Malbec constituent généralement une petite partie des vins. Leur rôle est d’appuyer sur le caractère de la cuvée, en apportant de la couleur et de puissants tanins.

 

En comparant ces critères, vous pourrez faire le meilleur choix pour votre prochain achat de vin de Bordeaux. Venez également visiter notre boutique pour trouver nos millésimes 2009, 2010 et 2011, à base de Cabernet France, Cabernet Sauvignon et Merlot.

30
Avr

Les 5 et 6 juin : découvrez le Salon du Vin à Paris !

Comme chaque année, la revue du Vin de France, le magazine de référence dans l’univers du vin, organise un grand événement dédié à l’univers de l’œnologie. Les vignerons de France et de l’étranger se retrouvent pour présenter leur domaine à des amateurs et professionnels du vin. Au total, ce sont 250 exposants prestigieux qui accueillent environ 12 000 visiteurs sur 2 jours.

Grand Français n’expose pas cette année, mais nous tenions tout de même à vous parler de cet événement qui met à l’honneur notre patrimoine viticole : le Salon du Vin.

Le Salon du Vin

 

Bien déguster pour bien acheter

Ce titre est le slogan du Salon du Vin organisé par la revue du Vin de France. Le but de l’événement est de mettre en relation des viticulteurs, passionnés de leur métier et proches de la vigne, avec des consommateurs avertis ou novices.

Chaque domaine peut ainsi aller à la rencontre du client et lui raconter l’histoire de leurs crus, pour ensuite lui faire goûter les meilleurs millésimes. Le client aura ainsi tous les éléments nécessaires pour acheter des bouteilles qui correspondent à ses goûts et à ses attentes.

 

Un salon animé

Des animations et des ateliers, autour de l’œnologie bien évidemment, viendront rythmer le salon tout au long du week-end. Les visiteurs pourront ainsi apprendre l’art de la dégustation du vin. Les plus fins connaisseurs pourront même s’affronter lors d’un concours de dégustation !

Enfin, les célibataires pourront peut-être trouver l’âme sœur autour d’un verre de vin grâce au « Wine Tasting Meetic ».

Par ailleurs, des grands domaines comme le Château Palmer, le Champagne Louis Roederer et des représentants des Grands Terroirs de la Côte-Rôtie proposent des ateliers dégustation à de fins connaisseurs. Le nombre de personnes est limité afin d’assurer un moment intime et convivial, pour échanger sur les plus grands crus français.

Concours de dégustation

 

Une 9ème édition au Palais Brongniart de Paris

C’est évidemment la capitale qui accueillera ce grand rendez-vous des passionnés de vin. C’est au cœur du magnifique Palais Brongniart que se déroulera le Salon du Vin, les 5 et 6 juin 2015. Il ouvrira ses portes le vendredi à 11h et se terminera le samedi à 19h.

Si vous voulez visiter les 250 domaines qui vous attendent, il est obligatoire de réserver en ligne. Vous avez la possibilité d’opter pour le pass 2 jours à 23€ ou seulement une journée pour 18€. Profitez-en également pour réserver votre place à un atelier !

 

Un salon à la dimension internationale

S’il y a des Belges qui nous lisent, sachez que Revue de France a prévu aussi d’organiser ce salon chez vous ! Le Salon du Vin se déroulera les 21 et 22 novembre à Bruxelles, à l’Hôtel de la Poste sur le Site de Tour et Taxis. Vous y trouverez 50 vignerons, ainsi que des ateliers et animations autour du vin, comme à Paris.

Enfin, face à la croissance du marché du vin en Chine, la revue du Vin de France a aussi prévu d’organiser ce salon à Pékin.

 

C’est donc l’occasion de découvrir la richesse du patrimoine français et de peaufiner ses connaissances en œnologie.

Vous y serez ?

23
Avr

Grand Français mis à l’honneur par le magazine Millésimes

Nous sommes fiers de vous annoncer une bonne nouvelle sur le blog ! Notre Bordeaux Supérieur Grand-Français a été mis à l’honneur sur le prestigieux site Millésimes, ainsi que dans leur guide « La France a du talent ».

 

Priorité à l’élégance

Chaque année, Brigitte et Patrick Dussert-Gerbert, deux grands passionnés d’œnologie, classent les vins qu’ils ont eu l’occasion de goûter au cours de l’année. Le classement est établi sur un rapport qualité/prix/typicité et évolue tous les ans. Parmi plus de 500 producteurs, Grand-Français a su se distinguer pour être positionné dans les « Premiers Grands Vins Classés », dans la catégorie B nommée « Priorité à l’élégance ».

Dans ses notes de dégustation, le couple met en avant tout le travail de réhabilitation mené par Dominique Vacher, pour faire ressortir le terroir sablo-limoneux sur graves rouges et la typicité du mélange de Cabernets francs, Cabernets-Sauvignons et Merlots dans ses crus.

Tous ces soins se retrouvent dans ce Bordeaux Supérieur 2010, élevé en fûts de chêne, harmonieux, au bouquet subtil et intense à la fois, aux notes de fruits rouges frais, de bouche ample et puissante. Le 2009, élever en fûts de chêne, alliant charpente et velouté, un vin qui développe des arômes séduisants de cassis et de sous-bois, avec des notes toastées, intense, avec des tanins très bien équilibrés. La cuvée Héritage 2010, élevée en cuves Inox, est un vin très parfumé tout en harmonie, riche au nez aux senteurs de mûre et d’humus, de bonne évolution comme le 2009, aux notes de fruits surmûris et d’épices, de bonne bouche.

 

La France a du talent

Déjà honoré par la reconnaissance du travail que nous menons sur le domaine jour après jour, notre vin a également eu le droit à plusieurs pages dans l’édition 2015 de « Millésimes – La France a du talent ». Ce guide, reconnu par les nombreux acteurs de la profession, présente 520 viticulteurs, dont Grand Français.

Couverture Millésime : la France a du talent

Notre domaine est présenté en page 219, tandis que notre cuvée Château Français est mise à l’honneur dans un encadré par 220. Vous aurez alors le plaisir d’en apprendre un peu plus sur nos techniques en agriculture biologique et nos méthodes de vinification.

Château Grand Français mis à l'honneur dans Millésime

Si vous êtes intéressé par connaître un peu mieux les producteurs de qualité en France et en savoir davantage sur notre domaine, vous avez la possibilité de feuilleter le guide gratuitement en ligne.

 

Nous sommes encore une fois ravis de voir que notre passion se transmet dans nos vins et c’est un réel plaisir d’être classé par la revue Millésimes. Travailler la terre selon les principes de l’agriculture biologique nous permet de prendre soin de la vigne, afin qu’elle vous livre des arômes authentiques. Notre chai en fût de chêne vient renforcer ce côté naturel en apportant quelques touches boisées. Si vous ne connaissez pas encore notre travail, venez vite découvrir nos vins sur la boutique !

10
Avr

Ouverture en 2016 de La Cité des Civilisations du Vin à Bordeaux

Bonne nouvelle pour tous les passionnés d’œnologie qui vivent dans le Bordelais ! Bientôt, vous pourrez découvrir le vin sous toutes ses coutures à la Cité des Civilisations du Vin à Bordeaux. Ce projet de grande ampleur a pour objectif de mettre en valeur le vignoble de notre belle région et d’initier les amateurs à l’histoire du vin de Bordeaux, tout en apportant aux connaisseurs des informations supplémentaires sur les fondements des vignobles de la Gironde.

 

Une plongée dans le passé, le présent…et le futur du vin

Ce musée, qui n’en est pas réellement un selon les organisateurs, regroupera différents univers qui auront pour objectif de nous retracer le passé historique de l’œnologie du Bordelais et de nous faire découvrir cet exceptionnel terroir à travers les âges. Il n’y aura pas d’expositions permanentes, ni de jeux ludiques, seulement le traçage d’une histoire qui a marqué les vins de Bordeaux.

Cependant, une dimension numérique sera apportée au projet, pour que le visiteur puisse découvrir pleinement le parcours et bénéficier d’un maximum d’informations en temps réel. Il aura même la possibilité d’emporter un peu d’Histoire avec lui, car à tout moment de la visite, il pourra télécharger des dossiers thématiques sur un sujet précis.

Comme le vin s’apprécie autant par le goût, que par la vue ou le toucher, la Cité des Civilisations prévoit aussi une expérience sensorielle où le visiteur aura toutes les cartes en main pour apprendre à déguster un vin. Robe, tanins, larmes, bouquet… Tous ses aspects n’auront plus aucun secret pour lui !

 

Un parcours du vignoble à la bouteille

Le visiteur pourra commencer le parcours par la découverte des vignobles du monde entier, puis par la connaissance des différents terroirs, ainsi que de leurs spécificités.  Il embarquera ensuite au sens presque littéral du terme, à bord d’un bateau qui l’accompagnera à travers les épopées maritimes des marchands de vin. Une galerie sera aussi présente pour retracer l’histoire du vin au cours des civilisations.

Après ce voyage intense dans le passé, le visiteur reviendra à des notions plus terre à terre, pour découvrir le vin à travers l’art. C’est ensuite un chemin à travers l’éveil des sens, qui fera découvrir à chacun les différentes manières de déguster le vin et surtout de l’apprécier. Des experts viendront ponctuer cette visite pour répondre aux questions les plus fréquemment posées sur le processus de vinification, les accords mets/vins

 

Promouvoir la capitale mondiale du vin

Les enjeux de ce projet ambition sont culturels et touristiques. Inscrite au patrimoine mondial de L’UNESCO, la ville de Bordeaux se devait de renforcer son image de capitale œnologique et surtout de promouvoir plus largement son savoir-faire. Après tout, si le vin a une dimension internationale, il n’est pas donné à tout le monde d’en comprendre le fonctionnement, de connaître les procédés de récolte ou de vinification, ni finalement de savoir comment cette métropole est devenue le cœur de la production viticole dans le monde.

Afin de renforcer son positionnement économique et touristique, le parcours permanent sera disponible en 8 langues. Les visiteurs du monde entier pourront ainsi pleinement apprécier La Cité des Civilisations du Vin. D’après les prévisions des études réalisées avant la mise en œuvre du projet, ce musée singulier accueillera au minimum 425 000 visiteurs.

 

Cet article vous a mis le vin à la bouche et vous souhaitez vite vous rendre La Cité des Civilisations du Vin ? Il faudra encore patienter un an. Le bâtiment est encore en construction sur les bords de la Garonne, plus précisément sur le « site des Forges », niché au cœur du quartier des Bassins à flots. Il ouvrira officiellement ses portes au public en avril 2016.

 

Image prise sur le site officiel du projet.

04
Avr

Recettes printanières : comment accorder vos plats et votre vin ?

Les beaux jours reviennent et avec eux, notre alimentation change. Les recettes se font plus légères, les fruits et les légumes reviennent en force de nos assiettes et il convient alors d’adapter son vin en conséquence.

Nous allons donc vous aider à accommoder vos menus avec des vins qui sauront sublimer les douces saveurs de printemps.

L’agneau de Pâques

Commençons d’abord par une recette que vous allez certainement concocter ce week-end : l’agneau. De nombreuses familles ont pour tradition de le cuisiner durant Pâques, si c’est votre cas, alors rien de tel qu’un excellent vin rouge pour sublimer cette viande forte, que vous parfumez délicatement avec des épices.

Parmi les accords les plus classiques, vous trouverez un vin de Bordeaux type Pauillac ou un Bordeaux Supérieur tel que notre Château Grand Français. Vous pouvez également vous diriger vers l’autre côté de la France avec un Châteauneuf-du-Pape.

Les tartes et quiches aux légumes

Autres stars de nos tables printanières, les tartes et quiches viennent orner nos assiettes, généralement accompagnées de salade verte. Pour faire ressortir le goût des légumes et du fromage traditionnellement utilisés pour les différentes recettes, un blanc sec fera parfaitement l’affaire. Un Bordeaux blanc de l’Entre-Deux-Mers ou un Pinot Gris d’Alsace apporteront de la fraîcheur à ces succulents plats.

Le veau sauté ou en blanquette

À partir de mars, le veau se décline aussi bien en sauté, qu’en blanquette ou en rôti. Généralement accompagné de petits légumes, de riz ou de pommes de terre, sa chair tendre et goûteuse s’accompagne avec du vin blanc ou du vin rouge, selon son mode de cuisson.

La blanquette sera sublimée par un blanc assez rond, tels un Bordeaux Pessac-Léognan, un Pinot Blanc d’Alsace ou un Côte du Jura. Pour le veau rôti ou sauté aux légumes, dirigez-vous plutôt vers un rouge léger tels un Côte de Blaye, un Premières Côte de Bordeaux, un Bordeaux Supérieur tel que l’Héritage de Grand Français ou encore un Lalande de Pomerol.

Le poisson… d’avril

Le printemps, c’est aussi le retour des poissons et des crustacés dans nos assiettes ! Brochet, chinchard, coquille Saint-Jacques, dorade grise, églefin, hareng, huîtres, langoustine, maquereau, merlan ou encore seiche viennent animer nos premiers repas en terrasse.

Logiquement, vous vous dites que les poissons et crustacés exigent un vin blanc et vous avez à moitié raison ! Les dorades, seiches et crustacés iront en effet très bien avec un blanc sec, tandis que les maquereaux, coquille Saint-Jacques, brochet ou hareng s’accommoderont d’un cépage blanc un peu plus rond et légèrement fruité.

Cependant, il n’est pas interdit de consommer du vin rouge. Il faudra seulement veiller à ce qu’il soit très peu tannique, léger en bouche et servi très frais. Pour respecter la finesse de la chair du poisson, un Pinot Noir de Bourgogne ou alors un Bordeaux-Clairet, connu pour sa fraîcheur, seront très agréables avec un menu maritime.

Un dessert chocolaté ou fruité

De mars à juin, c’est Pâques et ses fameux chocolats, mais aussi le retour de la mangue, de la rhubarbe, des fraises, de l’abricot ou encore des myrtilles. Des fruits qui se cuisinent très bien sous forme de tartes moelleuses et délicieusement sucrées.

Pour vos desserts à base de chocolat, mariez agréablement les tanins au cacao (qui en contient également) avec des vins de Côte du Rhône, comme un Châteauneuf du Pape, ou un cru issu de la Vallée de la Loire tel un Vouvray. Vous avez aussi la possibilité de marier votre gâteau ou votre mousse avec les fines bulles d’un Champagne.

Si vous clôturez votre repas avec des fruits printaniers, vous devrez choisir entre un Jurançon blanc, un Muscat, blanc lui aussi, ou encore un Gewurztraminer. Mais si vous préférez boire du vin rouge, sachez qu’un Bordeaux d’au moins 5 ans d’âge, issu de la Rive Droite sublimera vos desserts à base de fruits rouges ou noirs.

Vous êtes maintenant prêt à attaquer le printemps avec gourmandise !

26
Mar

4 raisons de se mettre à la production de vin biologique

Pourquoi changer son mode d’agriculture et passer à la culture de vin bio ? Cette question nous est souvent posée. Nous allons donc tenter de vous répondre en vous révélant les 4 principales raisons d’opter pour la vinification biologique !

 

Pour préserver le goût du vin

Une agriculture sans produit chimique et agent de synthèse préserve la qualité du fruit. Étant entièrement cultivé grâce à des méthodes naturelles, le fruit mûrit sans subir aucune altercation. Il se nourrit des bienfaits de la terre et développe donc ses arômes les plus purs.

Durant la vinification, aucun arôme artificiel n’est ajouté, les produits qui entrent dans le processus n’altèrent en aucun cas les saveurs originales. Pour terminer, les cuvées sont souvent placées en fûts de chêne, ce qui permet au vin de vieillir sagement et de s’imprégner de notes boisées, qui viendront valoriser le fruit.

Au final, le vin exploite tous les goûts naturels dont il a pu s’imprégner au cours de sa pousse et de sa vinification. Le résultat final valorise le raisin et le vin retrouve son caractère naturel.

 

Pour valoriser l’expression du terroir

Une autre spécificité de la production de vin biologique résulte dans les saveurs authentiques qui s’en dégagent. Comme le raisin est cultivé de la façon la plus naturelle qui soit, pour se développer correctement et repousser les nuisibles, il doit apprendre à se nourrir du sol et à se structurer pour lutter contre les agressions.

Les pieds de vigne puisent donc au plus profond de la terre, au milieu des pierres et minéraux qui font la richesse du terroir sur lequel ils reposent. Le vin final se pare alors de toutes les caractéristiques du sol, pour diffuser une saveur unique et authentique.

 

Pour préserver la santé des consommateurs

Pour cultiver le raisin, le vigneron n’utilise aucun produit chimique. Durant la vinification, les seuls ajouts autorisés sont ceux utiles au processus. Les arômes artificiels ne sont également pas admis.

Ces normes imposées par le règlement européen visent à garantir un vin le plus naturel possible. Si ces précautions préservent le goût, ils protègent aussi la santé du consommateur. Il est connu que tous les produits en « cide » ou les OGM sont mauvais pour notre organisme. Se convertir à la vinification biologique, c’est offrir au client un produit sain et sans danger pour sa santé.

 

Pour mieux respecter la nature

Enfin, cultiver du vin bio, c’est respecter la faune et la flore qui nous entoure, préserver la planète et assurer un monde meilleur à nos enfants. En respectant la nature, nous la protégeons et évitons de puiser inutilement dans ses ressources. Les herbes, les plantes, les animaux et les vignes peuvent très bien cohabiter ensemble et trouver chacun le moyen de puiser dans les forces de l’autre. Il n’est pas utile d’ajouter des produits de synthèse, qui vont dégrader l’environnement, faire fuir la faune et finalement, altérer la vigne.

 

C’est sûr que la vinification biologique demande davantage de travail, il faut passer plus de temps sur ses terres et bénéficier de main d’œuvre supplémentaire. Mais le résultat vaut l’investissement. Le vin reprend son goût naturel, le raisin est mis en valeur, ainsi que les différents aspects du terroir. Le consommateur final bénéficie d’un produit sain et la nature s’en trouve préservée.

20
Mar

Investir dans le vin : 4 conseils stratégiques

Certaines bouteilles de vin se bonifient grandement avec l’âge et prennent de la valeur, comme les œuvres d’art. Il est alors intéressant pour les investisseurs en herbe de se tourner vers ce marché pour acheter des vins de garde à un bon prix et les revendre plus tard, au prix fort. Plus rémunérateur que le livret A et plus accessible que le marché de l’art, il convient tout de même de faire preuve de réflexion avant d’acheter des bouteilles destinées à l’investissement. Tous les Grands Crus ne connaissent pas la même évolution et des subtilités persistent entre les régions.

Si vous souhaitez investir dans le vin en 2015, voici quelques conseils pour vous y prendre du mieux possible.

 

Se renseigner auprès de professionnels

Si vous comptez effectuer votre premier investissement vinicole, mieux vaut être préparé à l’avance. Il est nécessaire d’avoir une connaissance approfondie du marché et des domaines. En cas de doute, prenez la température auprès de professionnels, qui ont une véritable passion de leur métier et quelques années d’expérience derrière eux. Votre caviste pourra être de bons conseils et vous aider à y voir plus clair sur les achats méritant toute votre attention.

Mais Internet aussi regorge de précieuses informations pour connaître les opportunités d’investissement. Cavissima, Investir dans le vin et Cave d’épargne vous apporteront quelques éclaircissements sur la croissance des domaines et leur rentabilité.

 

Avoir conscience du budget à bloquer

Contrairement à un compte épargne classique, lorsque vous investissez dans le vin, vous ne pouvez pas retirer votre argent à tout moment. Vous allez forcément bloquer un certain montant pendant plusieurs années, même s’il est toujours possible de revendre une partie du stock en cas d’urgence.

Cependant, cela reste plus contraignant qu’un retrait sur un compte bancaire. Soyez conscient de votre capacité à bloquer des fonds sur au moins une dizaine d’années.

 

Prévoir un lieu de conservation

Nous évoquions précédemment les différentes caves à vin disponibles sur le marché. Le modèle dédié au vieillissement sera nécessaire pour conserver votre investissement. Puisque l’objectif est d’acheter des crus qui se bonifient avec l’âge et prennent de la valeur, vous allez devoir garder certaines bouteilles plusieurs dizaines d’années. Elles doivent être stockées dans des conditions optimales, à savoir entre 12 et 14°C, à l’abri du soleil et des vibrations.

Donc si vous n’avez pas la chance d’avoir une véritable cave creusée dans le sous-sol de votre maison, optez pour une cave à vin électrique.

 

Miser sur les valeurs sûres

Pour un premier investissement, il convient de jouer la sécurité, surtout si vous n’êtes pas encore un consommateur averti. Comme pour la Bourse, mieux vaut commencer pas à pas, en achetant des vins de garde réputés pour leur rentabilité sur le long terme et dont le risque de dévaluation est proche de 0.

Par exemple, vous pouvez commencer par des Bordeaux Premiers Crus du Médoc, tels que des Petrus, Ausone, Angélus ou Cheval Blanc. Plus accessibles, mais également rentables sur le long terme, vous trouverez des châteaux comme Pontet Canet, Ducru-Beaucaillou, Pape Clément ou encore Pavie-Macquin.

Au niveau des années, sachez que les meilleurs millésimes pour les Bordeaux rouges sont : 1947, 1961, 1982, 1985, 1989, 1990, 2000, 2005, 2009 et 2010.

Enfin, pour suivre la cotation des bouteilles de vin, visitez régulièrement le site Cellar Watch.

 

Investir dans le vin demande une certaine réflexion au préalable, pour bien définir le budget à y consacrer et les domaines à favoriser. Il faut ensuite veiller constamment sur le cours de chaque millésime, comme à la Bourse. N’hésitez jamais à prendre des conseils auprès de professionnels pour vos premiers investissements. Vous finirez ainsi par connaître les domaines rentables et vous serez capable de repérer les moments où il est indispensable de vendre.

Enfin, sachez que pour acheter vos bouteilles, vous pouvez participer aux célèbres enchères des Hospices de Beaune qui ont lieu chaque année. Mais vous avez aussi la possibilité de faire le tour de la route des Vins du Bordelais pour acheter directement dans les domaines. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, il vous reste toujours la possibilité d’acheter votre vin en ligne chez des cavistes ou sur les sites des domaines.

 

13
Mar

Comment choisir la cave à vin parfaite ?

Tout le monde n’a pas la chance de disposer d’une véritable cave en pierre sous sa maison. Mais cela ne doit pas empêcher les amateurs de bon vin d’acheter des grands crus à conserver quelques années. Grâce au progrès technologique, nous avons maintenant des caves à vin électriques qui se placent facilement dans votre cuisine ou votre salon, pour conserver de manière optimale toutes vos précieuses bouteilles.

Cependant, il existe différents types de cave et il convient de choisir le modèle le plus adaptée à vos besoins.

 

Une cave à vin de service

La cave à vin de service peut contenir jusqu’à 50 bouteilles en moyenne et s’intègre facilement dans tous les intérieurs. Elle s’adresse aux amateurs de vin qui aiment avoir le choix chez eux. Grâce à ses différentes zones de température, elle vous permet de conserver aussi bien des vins blancs sur un plateau à 10°C, que des vins rouges dans un endroit à 14°C.

Chacune de vos bouteilles sera servie dans les règles de l’art.

 

Une cave à vin dédiée au vieillissement

Si vous êtes un collectionneur de grands vins et que vous rêvez de pouvoir conserver les meilleurs crus chez vous, alors vous aurez besoin d’une cave de vieillissement.

Selon les modèles, ce type de cave possède une capacité moyenne de 50 à 300 bouteilles et conserve parfaitement vos vins grâce à une étanchéité à toute épreuve, des amortisseurs anti-vibrations et des filtres à charbons pour filtrer l’air. Vous aurez même un registre de cave vous permettant de connaître les bouteilles qui arrivent à maturation.

Bien entendu, une sonde extérieure vous permet de régler la température de votre cave à vin pour que vos grands crus restent toujours à une fraîcheur optimale, quelle que soit la saison.

Avec une cave à vin dédiée au vieillissement, vous pouvez revenir du Bordelais le coffre chargé de bouteilles provenant des meilleurs domaines !

 

Une cave à vin multi-température

Si vous souhaitez faire vieillir vos plus grandes bouteilles et conserver votre vin de tous les jours, il vous faudra un modèle multi-température. Celui-ci possède de nombreux compartiments séparés, vous permettant de jongler entre vos différentes bouteilles et de les conserver à la température optimale selon les cuvées.

Vous aurez même une zone froide de 6° qui vous permet de conserver vos alcools forts, vos bières, vos jus de fruits ou vos sodas.

 

Bien ranger ses bouteilles

Comme nous l’avons vu dans la description des caves, il convient de ranger vos bouteilles selon la zone de température :

  • Les vins blancs et rosés dans la zone entre 8 et 11°C
  • Les vins rouges dans la zone entre 12 et 14°C
  • Les vins étrangers dans la zone entre 14 et 16°C

Pour éviter les gestes maladroits et faciliter la gestion de votre cave, vous pouvez placer les crus à conserver dans le fond et mettre sur le devant les bouteilles à consommer rapidement.

 

Tous les passionnés de vin se doivent d’avoir une cave pour conserver leurs bouteilles préférées. Cela permet à chacun d’alterner entre des vins de garde, qui ont libéré leur puissance au bout de plusieurs années, et des vins jeunes qui délivrent leur fraîcheur fruitée. Avec une cave à vin dans votre salon ou dans votre cuisine, vous pourrez aisément commander quelques caisses de notre Château Grand Français et de la cuvée « Héritage ». Les bouteilles seront à placer dans le compartiment à 14°C pour une conservation parfaite !

05
Mar

3 clichés sur le vin biologique à oublier !

Les préjugés et jugements hâtifs concernent tous les pans de notre société et même le fleuron de notre gastronomie française n’y échappe pas ! Si le vin de manière générale subit quelques clichés, le vin biologique a aussi ses détracteurs.

Si l’agriculture biologique peut ne pas plaire à tout le monde, il convient de faire la différence entre généralité et subjectivité. Faisons un petit tour d’horizon de ces fausses croyances, pour démêler le vrai du faux.

 

Le vin biologique est moins bon

Le présentateur Guillaume Durand avait prononcé une phrase assassine et vulgaire sur le vin biologique, que nous ne reprendrons pas ici. À l’inverse, Aubert de Villaine, un acteur phare de l’œnologie, avait déclaré

Je ne conçois pas qu’un grand cru puisse ne pas être en bio.

La particularité du vin bio réside dans l’absence de composés chimiques et d’ajouts artificiels au cours de la vinification. Tout au long de la récolte, la vigne est traitée manuellement, avec des méthodes respectueuses de l’environnement.

Il est donc plus difficile de construire un vin qui plaira au grand public, avec ses notes fruitées et ses tannins effacés. C’est une viticulture qui met en avant le terroir et la minéralité. Certains aimeront, d’autres moins.

Dans tous les cas, l’objectif est de retourner à un produit plus authentique, où le raisin est mis en avant et où les arômes se développent naturellement, sans en privilégier certains par rapport à d’autres. Plusieurs des plus grands vins sont bio, tels que le Château Pontet-Canet ou le Château Pavie-Macquin.

Pour juger de la qualité d’un vin rouge, ce dernier doit être dégusté dans les meilleures conditions. C’est-à-dire la bonne année, à la bonne température et aéré comme il se doit. Si l’une de ces conditions n’est pas respectée, la saveur du bouquet peut totalement changer et le cru peut donner l’impression d’un vin de mauvaise qualité.

 

Le vin bio est une mode qui passera

À l’heure où les consommateurs sont à la recherche de produits plus sains et où le bio se développe dans tous les domaines de la vie courante, il y a peu de chance que l’agriculture biologique soit une mode ! De plus en plus de domaine prennent le partie de changer de cap et de se convertir à des méthodes de récolte et de vinification plus naturelles.

En 2013, 1 français sur 3 a déclaré consommer du vin bio. Ce qui est une progression de 22% par rapport à 2012. Les surfaces cultivées selon les principes de la viticulture biologique ont augmenté de 188% entre 2007 et 2012. C’est aujourd’hui 8.2% du vignoble français qui répond aux normes de l’agriculture bio. Et cela n’est pas près de s’arrêter !

 

Les vins biologiques sont plus chers

C’est le marché du bio en général qui souffre de ce cliché. Il est vrai que l’agriculture biologique demande davantage de main d’œuvre et d’heures de travail, néanmoins cela ne fait pas s’envoler les prix.

D’autant que le facteur du prix ne veut rien dire et il n’est pas déterminant dans la consommation du vin bio. Ce type de vin est aujourd’hui consommé par tout le monde et l’achat de produits bio n’est plus réservé à une élite. Quand les ménages sont interrogés sur leur motivation dans l’achat de vins issus de l’agriculture biologique, la préservation de l’environnement et la qualité alimentaire viennent en tête. Le prix n’est pas un paramètre décisif et les clients ne ressentent pas de majeures différences avec une autre bouteille.

Vous trouverez sans problème des vins bios à des tarifs alignés sur le marché du non-bio. De très bons vins rouges ou blancs sont disponibles aux alentours de 6€. La preuve, les vins Grand Français se vendent à partir de 6.95€ ! C’est finalement les prix que vous avez dans le Bordelais de manière générale…

 

Un vin biologique est un vin qui se déguste comme un autre. Il obéit aux mêmes règles du marché : certains seront plus chers que d’autres, des cuvées vous plairont davantage que d’autres… L’objectif des vignerons bio étant de vous faire retrouver le goût de la vigne et du terroir, grâce à un vin qui n’a reçu aucun artifice ni produit chimique. Le mieux reste d’essayer par vous-même, pour vous faire votre propre idée sur la qualité et les vertus gustatives du vin biologique !

27
Fév

Vin de Bordeaux biologique : quel rôle jouent les tannins ?

En lisant la description des vins rouges, vous voyez souvent le mot « tannins » apparaître. Les vins de Grand Français n’échappent pas à la règle puisqu’ils sont décrits comme possédant « des tannins puissants avec une bonne aptitude au vieillissement ». Mais peut-être que la signification d’un vin tannique vous parle très peu. Il faut avouer que c’est un jargon uniquement employé dans le domaine de l’œnologie.

Pour vous aider à y voir plus clair sur cette notion qui revient souvent dans la bouche des passionnés de vin, nous vous proposons aujourd’hui de vous présenter ces petites molécules et leur rôle dans le développement d’un vin rouge biologique.

 

La définition du tannin

Pour commencer, si vous avez l’habitude de voir tannin écrit avec un seul « n », c’est normal. Ce petit ingrédient accepte qu’on l’affuble d’un ou deux n, les deux se disent ! Mais arrêtons les cours de français pour se pencher plus précisément sur cette molécule, présente dans la peau et les pépins du raisin rouge.

Les tannins ont la faculté de réagir lorsqu’ils entrent en contact avec la salive, ce qui donne un côté acide à certains vins rouges, et notamment aux plus jeunes, qui ont encore de nombreux tannins ! C’est aussi ce léger goût rugueux que vous pouvez sentir en dégustant des grains de raisin.

 

Le rôle des tannins dans le vin rouge

Les tannins ont un rôle central dans la dégustation du vin. Ils permettent à la cuvée de se placer sur une grille des saveurs et offrent de la puissance et du caractère. Ils se développent généralement durant la vinification, mais le vigneron peut agir en conséquence pour extraire davantage de tannins de la grappe ou, au contraire, les filtrer pour donner un vin plus équilibré. Cela passe par des manipulations, comme le pigeage qui consiste à plonger la peau des raisins, qui remonte à la surface, au plus profond de la cuve pour qu’elle continue de diffuser ses tannins.

Néanmoins, le vigneron n’est pas le seul responsable de la teneur en tannins de son vin. Les cépages ont aussi un rôle à jouer, car certains sont plus tanniques que d’autres. Le Cabernet Sauvignon, qui est utilisé pour les cuvées Grand Français, en contient beaucoup. À l’inverse, le Gamay, que vous retrouvez surtout dans les vins de Bourgogne, en possède très peu.

Un autre facteur intervient aussi, c’est le moment auquel les raisins sont vendangés. Plus les grappes sont mûres, plus la peau contient de tannins.

 

Les tannins dans le vin de Bordeaux biologique

L’agriculture biologique a aussi son rôle à jouer sur les tannins. Il faut savoir que le principe de ce type de viticulture est de conserver des vins au plus près de la nature. Pas uniquement dans la façon de cultiver la vigne, de la soigner et de la vinifier. Cela dépasse la simple fabrication du vin. L’objectif étant qu’aucune matière première ne se voit altérer et que chaque élément qui compose la cuvée, le raisin en premier, conserve son authenticité et le goût du terroir.

Par conséquent, un vin issu de l’agriculture biologique possède des tannins plus vivants, marqués par le sol sur lequel les vignes reposent. Plus fins et moins acides, ils s’épanouissent mieux dans la bouteille et confèrent une certaine puissance au vin, sans pour autant donner une impression de rugosité.

 

Les tannins ont une importance dans la structure du vin. Ils demeurent également l’ingrédient phare du processus de vieillissement. En effet, les vins jeunes, et surtout ceux de Bordeaux, ont une forte teneur tannique et s’arrondissent avec les années. Or, plus un vin est tannique, plus il se conservera sur le long terme. Ils permettent ainsi à chacun d’apprécier le millésime selon ses attentes. En effet, certains préfèrent les vins robustes avec des tannins marqués, alors ils le consommeront durant ses premières années. D’autres préfèrent que les tannins se dissipent et deviennent plus soyeux, de ce fait, ils n’ouvriront la bouteille qu’au bout de 5 ou 6 ans.